NAOM

Le présent blog est rattaché au projet région NAOM La Nouvelle Aquitaine et les Outre-mers.

Finalité du projet : depuis le 1e janvier 2016, est née la région Nouvelle-Aquitaine, une entité nouvelle, qui doit se forger une identité. Notre projet part donc d’une idée simple : comment dépasser ce qui n’est encore pour beaucoup qu’une juxtaposition administrative pour construire une identité régionale qui fasse sens pour ses habitants ? Pour cela, nous nous consacrerons à ce qui peut être un élément identitaire fort et valorisant, à la croisée de l’histoire et du territoire : le rapport aux outre-mers. Ce thème est en adéquation avec le territoire (façade maritime de 720 km, 4 ports principaux et de multiples ports secondaires, ouverture maritime à valoriser, pénétration de l’influence ultramarine à l’intérieur des terres grâce aux cinq axes fluviaux). Il est porteur de valeurs positives (ouverture au monde et sur le monde, dynamisme économique et culturel, métissage des cultures, tolérance) mais aussi d’interrogations sociales (traite négrière). Se focaliser sur l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) rappelle le rôle pionnier de la région dans l’implantation outre-mer (Acadie, Canada, Louisiane, Antilles…) et met l’accent sur une étape essentielle de l’entrée de ce territoire dans la mondialisation (insertion dans le grand commerce atlantique, importance des effets retours sur le territoire néoaquitain). Ces outre-mers sont d’abord américain et atlantique, mais on ne saurait comprendre des phénomènes comme la traite négrière sans intégrer le lien avec les côtes africaines ou l’océan indien.
Etat de l’art : on dispose de travaux sur les relations économiques entre le Sud-Ouest français et les colonies, sur les flux de population depuis les ports de La Rochelle, Bordeaux et Bayonne vers le Canada ou les Antilles et de monographies sur le rôle de ces ports dans le trafic négrier. Mais ces études sont centrées sur tel ou tel port ou ville, et il n’y a pas de synthèse à l’échelle régionale. Il faut donc réaliser cette synthèse, proposer des approches comparées à l’échelle de la nouvelle région pour voir s’il y a une dynamique régionale originale, à comparer avec d’autres espaces, tout en proposant un apport scientifique original soit en étudiant des aspects méconnus (ex : rôle des îles de La Réunion et Maurice dans le circuit négrier), soit en proposant de nouvelles méthodes d’analyse (ex : approche microhistorique de reconstitution de destins individuels).
Le projet, ses attendus et ses perspectives scientifiques : le projet est structuré en cinq chantiers de recherche, qui envisagent chacun une facette du rapport de la Nouvelle-Aquitaine aux outre-mers, réunis pour un séminaire trimestriel transversal, véritable colonne vertébral de l’ensemble.
Les cinq chantiers thématiques sont :
Une approche renouvelée des logiques migratoires, au plus près des destins, qui procèdera à une analyse microhistorique, pour reconstituer des destins d’individus ayant vécu entre Nouvelle Aquitaine et outre-mer, avec un intérêt particulier pour les protestants, et qui étudiera comment l’ouverture ultramarine a provoqué des mouvements régionaux de population (migration vers les ports, rôle des fleuves dans les flux de population).
Une étude scientifique et historique de l’esclavage, dans un cadre dépassionné, pour répondre à une demande sociale forte, en proposant une synthèse sur la question à l’échelle régionale et à destination du grand public, complétée par des reconstitutions de parcours individuels réalisées en collaboration avec de futurs enseignants, pour élaborer un matériel pédagogique. On complètera les connaissances sur le sujet en travaillant sur un domaine peu exploré, l’étape que constituent les Mascareignes (actuelle île de la Réunion notamment) dans le trafic négrier, ce qui sera l’occasion d’interconnecter nos travaux et ceux menés dans le cadre de l’océan indien, assez mal connus en métropole.
Le métissage des cultures matérielles : comment les produits importés d’outre-mer ont-ils façonné en profondeur le territoire néo aquitain ? Que serait aujourd’hui l’agriculture de la région sans l’introduction et l’expansion du maïs au XVIIe siècle ? Comment les produits de Nouvelle Aquitaine se sont exportés dans ces territoires, pour donner naissance, de part et d’autres, à des cultures matérielles métissées ? on étudiera ces phénomènes en exploitant notamment les actes notariés, en s’attachant aux rôles des fleuves dans la pénétration de l’influence ultramarine, et, dans le cadre d’une grande rencontre scientifique, on croisera le cas néoaquitain avec des exemples français et internationaux.
Approche patrimoniale des influences croisées : dans la continuité de programmes lancés par les services de l’Inventaire, on recherchera les traces patrimoniales protestantes, très présente sur le territoire car la Région fut l’un des bastions du protestantisme à l’époque moderne. L’enquête sera menée en collaboration avec les associations historiques locales, dans le cadre d’une recherche participative, dont les résultats seront valorisés sous la forme de parcours culturels (routes touristiques), avec une déclinaison numérique (web) et la publication d’un ouvrage illustré, en lien avec les masters pro Patrimoines & Tourismes des Universités de Pau et de La Rochelle.
Le lien à l’outre-mer, un moteur de l’innovation pour, à travers une approche pluridisciplinaire, montrer en quoi le rapport à l’outre-mer fut pour la région un moteur de l’innovation, tout particulièrement dans le domaine maritime.
La cohérence de l’ensemble sera assurée par un séminaire interdisciplinaire semestriel sur le processus constitutif de l’identité néo-aquitaine à travers les siècles, pour voir comment les éléments identifiés dans le cadre des 5 thèmes contribuent à construire AUJOURD’HUI l’identité régionale. Ce séminaire sera un laboratoire d’une collaboration interdisciplinaire, prévoyant une confrontation des résultats obtenus avec les méthodes des historiens du droit, des linguistes, des littéraires, des historiens de l’art, des géographes, des anthropologues et archéologues.

L’équipe et ses compétences :
L’équipe est constituée d’un fort noyau d’universitaires, qui sont principalement des historiens modernistes, aux spécialités (histoire maritime, économique, sociale, politique, coloniale, religieuse, éducative…) et aux compétences complémentaires (montage de projet, organisation de manifestations scientifiques internationales, gestion de sites internet, direction de masters pro patrimoines, formation aux métiers de l’enseignement, publication de vulgarisation, travaux de valorisation touristique, présidence d’associations savantes locales…). Ce noyau est complété des chercheurs relevant de « disciplines sœurs » (géographie, archéologie, archivistique…) et de professionnels œuvrant dans des institutions culturelles partenaires, comme les archives, les musées et les conservatoires du patrimoine, porteurs de compétence très complémentaires et essentiels dans le cadre de ce projet, pour le repérage et la numérisation des documents et du patrimoine, leur valorisation.

Quelques principes méthodologiques structurent notre démarche :
– La mise en œuvre d’une démarche multiscalaire, qui articulera la réalisation de synthèses et une approche microhistorique (reconstitution de destins individuels) au plus près de l’humain.
– La mobilisation des progrès réalisés dans le domaine de l’informatique appliquée à l’histoire et au patrimoine, et dans la réalisation de bases de données de recension du patrimoine
– Une recherche participative et collaborative qui dépasse le cadre universitaire pour intégrer dans la dynamique du projet les institutions culturelles (archives, musées, bibliothèques…), les établissements d’enseignement (enseignants du primaire, du secondaire), les associations à but historique et/ou patrimoniale.
– Une valorisation des résultats à destination des citoyens de Nouvelle Aquitaine, par la réalisation d’ouvrages grand public, par une valorisation touristique (identification de ressources patrimoniales, réalisation de parcours, d’itinéraires…), et pédagogique du savoir construit, en direction d’un large public (élèves du primaire, du secondaire, étudiants) et en collaboration avec une pluralité d’intervenants (services éducatifs des archives, enseignants de l’ESPE et de l’université, étudiants de master MEEF dans le cadre de leur mémoire professionnel…),
– Une dimension professionnalisante en direction des étudiants de master métiers de l’enseignement (mémoire professionnel sur leurs pratiques pédagogiques) ou de master pro patrimoine (construction d’itinéraires touristiques, dans le cadre de la validation de leur diplôme) et des doctorants.


1 réflexion sur « NAOM »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.