Les quais de Brazza, la trace d’un passé colonial dans la ville bordelaise

Les quais de Brazza à Bordeaux

Bordeaux, une ville au passé colonial

Bordeaux est une cité portuaire au grand passé historique, qui s’est épanouie au fil des siècles grâce à son commerce. Ce dernier a su gagner les mers grâce à la position géographique avantageuse de la cité bordelaise, port d’entrée de l’Europe se situant face au continent américain. Ainsi Bordeaux s’est-elle notamment appuyée sur ce commerce maritime qui a su lui apporter une grande prospérité économique. Ce passé commercial est également un passé colonial, puisque ce commerce s’est principalement développé au sein des colonies françaises. Il n’est donc pas difficile de trouver de nos jours des traces de ce passé commercial et colonial. L’exemple des « quais de Brazza » en est la parfaite illustration.

Continuer la lecture

La plume, la case et l’apostille. La matricule des gens de mer du département de la rivière de Charente et l’apprentissage de la mer des bateliers de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois. (1727-1738).

La généralité de La Rochelle, par Jean-Baptiste Nolin, XVIIe siècle. Source : Gallica [BNF, CP, GE DD-2987 (743 B)]. URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530527433.r

Les matricules des gens de mer ont formé le socle d’une histoire des sociétés littorales atlantiques et méditerranéennes[1]. Pourquoi ne pas étendre ces approches aux sociétés d’arrière-pays avec des matricules conservées pour des départements maritimes d’arrière-pays comme celui d’Ingrandes sur la Loire ou de la rivière de Charente au XVIIIe siècle ?

A Fouras en 1727, Jean Guilloteau est un des 74 matelots et officiers mariniers immatriculés dans le registre tenu par le commissaire de la Marine Hostein au folio 271, case n°45. À elle seule, la famille Guilloteau compte 7 matelots. Les renseignements concernant Jean que le commissaire pouvait trouver folio 142, ligne n°45 de la précédente matricule, ont été actualisées lors du renouvellement des registres du quartier. Âgé de 25 ans en 1727, célibataire, fils de Nazaire Guilloteau et de Jeanne Léger, né à la veille de la guerre de Succession d’Espagne, le jeune homme a servi sur la frégate du roi la Victoire en 1725 comme matelot à 11 livres. En 1727, Hostein, ou son commis note qu’il est « courtineur et pescheur d’huîtres ». En juin 1728, n’étant pourtant pas de la classe de service, il fait une campagne sur un vaisseau du Roi. De retour, il se présente à la revue de 1729. En 1730, n’étant toujours pas de la classe de service, il prend place à bord du Profond fin janvier pour la Martinique et Saint-Domingue. En octobre, le voilà de retour et promu matelot à 15 livres. En novembre 1732, sa classe, la troisième, étant de service, il est levé pour embarquer sur la Charente, expédiée pour Cayenne et la Martinique. Hostein consigne son retour en mai 1733. L’absence d’apostilles pour les années 1734 et 1735 indique certainement un retour à son activité de courtineur et pêcheur d’huitres. En 1736, année de la première classe de service, il s’embarque de nouveau sur la Charente comme matelot à 15 livres pour une campagne de 9 mois de nouveau pour Cayenne et la Martinique[2]. En 10 ans, Jean Guilloteau a réalisé 4 campagnes au roi comme matelot. Continuer la lecture

Un petit souvenir de voyage?

Ce petit élément de placage en os a été trouvé lors de la fouille des habitats du square Champlain à Brouage en 2006. Il provient des remblais d’une grande cour en cœur d’îlot d’habitation, non loin du clos du gouverneur dans l’angle nord-est de la citadelle. Cette cour a probablement servi de dépotoir à la fin de son histoire (fin XVIIIe siècle) et l’objet est donc en position secondaire. Nous ignorons donc tout de son origine et de son propriétaire.

Continuer la lecture

Des nouvelles lointaines du quotidien (Saint-Domingue, 27 janvier 1774)

Séris, maître-chirurgien installé à Saint-Domingue, entretient une correspondance avec sa femme, Esther, restée à Royan. Employé par M. Maillat, il participe à la gestion de son habitation située en Nouvelle-Saintonge, dans le quartier de Saint-Marc. Ce 12 mai 1775, il écrit depuis la ville de Saint-Marc, en plaine, où il est descendu faire ses adieux à Monsieur et Madame Maillat qui doivent s’embarquer pour la France. Dans cette lettre à son épouse, Séris relate sa rencontre avec plusieurs charentais présents dans la colonie et s’informe du rendement de leur petit commerce de café.

Découvrez ici le texte de la lettre présentée par Magali Giuge et Vincent Cousseau

Continuer la lecture

La Nouvelle Aquitaine et les outre-mers: le métissage des cultures matérielles

 

Dans le cadre du programme NAOM, retrouvez nous, du 9 au 11 octobre 2019 au Musée d’Aquitaine, pour une rencontre scientifique autour du métissage des cultures matérielles. Entrée libre et gratuite.

Retrouvez ici la Plaquette_programme

Sous les voiles de Brion, le masque des colonies : le voyage d’une troupe de comédie vers l’Île-de-France et le Mozambique en 1789.

Estampe du Roman comique de Scarron représentant l'arrivée des Comédiens dans la ville du Mans (extrait), XVIIIe siècle.

Le Roman comique de Scarron: suite complète de 16 gravures […], L’arrivée des Comédiens dans la ville du Mans, estampe gravée par Louis de Suris de Surugue sur un dessin de Pater Jean-Baptiste, 26,4 x 37 cm, XVIIIe siècle. Source : BM Valencienne, J 1-116, f°1.

Bordeaux est une porte ultra-marine et des milliers de passagers traversent les océans sous les voiles de ses trois-mâts marchands au XVIIIe siècle. Parmi eux, les comédiens et comédiennes de la troupe de Laglène en 1789. Pour ce port, l’absence de rôles d’équipage conservés après 1781[1], de registres de catholicité pour les voyages vers les îles après 1787[2] oriente l’historien vers une source complémentaire, les registres de listes de passagers conservés aux Archives Nationales de l’Outre-Mer. Il devient alors possible de compléter une chronologie des voyages vers les colonies au départ de Bordeaux entre 1788 et le début de la période impériale.

Continuer la lecture

Prendre la mer vers les outre-mer : les rôles d’équipages du port de La Rochelle pour les Antilles (1770-1788)

Rôle d'équipage du Villehélio de La Rochelle (source : SHDR, 6P6-2, n°38)

Première page du rôle d’équipage du Villehélio de La Rochelle (extrait).

 

Les rôles d’équipages, bien souvent utilisés pour des travaux concernant les flux commerciaux et maritimes ou encore sur les gens de mer[1] apparaissent également comme une source majeure pour l’étude des migrations et ce malgré de nombreuses lacunes.

Le port de La Rochelle offre, entre 1770 et 1788 une série continue d’archives. Les seuls rôles d’équipage conservés au Service Historique de La Défense de Rochefort avant cette date[2], concerne l’année 1757 (cote 6P6-1). Cette série ininterrompue se poursuit jusqu’en 1788 puisqu’à partir de 1789, nous n’avons en notre possession que des rôles de désarmement ne prenant conséquemment pas en compte les passagers présents sur le navire lors de son départ.

Continuer la lecture

Le Cognaçais et l’Atlantique (XVIIe-XVIIIe siècle)

 

Entre la fondation du port de Rochefort (1665-1666) et l’insurrection dominguoise d’août 1791, comment un arrière-pays viticole, le Cognaçais, participe-t-il à la première mondialisation et au premier empire colonial ? C’est l’objet d’une conférence qu’organise le GREH (Groupe de Recherches et d’Etudes Historiques de la Charente Saintongeaise) le 2 février 2019 à Cognac, dans le cadre de son cycle annuel de conférences historiques.

Continuer la lecture

Enseigner les traites négrières et l’esclavage en Nouvelle Aquitaine: quels enjeux ?

En partenariat avec la librairie Mollat, la MSHA et l’ESPE d’Aquitaine, NAOM organise, sous la direction de Marguerite Figeac et Sylvie Lalagüe-Dulac, deux journées d’études transdisciplinaires les 16 et 17 janvier 2019.

Retrouvez ici l’affiche et le programme

Montesquieu, quand l’ironie dénonce l’esclavage

Comme Voltaire, Montesquieu utilise l’ironie pour dénoncer les esclavagistes. Il est un anti-esclavagiste militant, contrairement à ce que pourrait laisser supposer certaines phrases sorties de leur contexte. En ridiculisant les arguments en faveur de l’esclavagisme, Montesquieu montre la brutalité des Européens avec les Indiens, le racisme qui justifie la traite des Noirs et l’impiété de ceux qui se disent chrétiens.

Retrouvez ici le texte de Montesquieu

Continuer la lecture

La Rochelle, l’Aunis et la Saintonge face à l’esclavage

Ouvrage sous la direction de Mickaël Augeron et Olivier Caudron

La Rochelle est au XVIIIe siècle le second port négrier de France. Les armateurs de la cité aunisienne ont transporté, depuis les rivages africains vers les plantations des Amériques, 160 000 Africains depuis les années 164o jusqu’au début du XIXe siècle, dont 130 000 pour le seul XVIIIe siècle. Derrière le grand port, toute une région vit également de la Traite des Noirs, de Rochefort aux rives de la Seudre.

Continuer la lecture

Un Charentais à Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle, d’après la correspondance Séris

En cette seconde moitié du XVIIIe siècle, nombreux sont les jeunes gens de la façade atlantique à tenter leur chance dans les colonies. Si quelques-uns se dirigent vers les petites Antilles, la plupart se rendent directement vers Saint-Domingue ou finissent par s’y établir. Car c’est dans cette grande colonie, « Perle des Antilles » fondée sur un esclavage de masse, que les perspectives de réussite semblent les meilleures. Continuer la lecture