Sous les voiles de Brion, le masque des colonies : le voyage d’une troupe de comédie vers l’Île-de-France et le Mozambique en 1789.

Estampe du Roman comique de Scarron représentant l'arrivée des Comédiens dans la ville du Mans (extrait), XVIIIe siècle.

Le Roman comique de Scarron: suite complète de 16 gravures […], L’arrivée des Comédiens dans la ville du Mans, estampe gravée par Louis de Suris de Surugue sur un dessin de Pater Jean-Baptiste, 26,4 x 37 cm, XVIIIe siècle. Source : BM Valencienne, J 1-116, f°1.

Bordeaux est une porte ultra-marine et des milliers de passagers traversent les océans sous les voiles de ses trois-mâts marchands au XVIIIe siècle. Parmi eux, les comédiens et comédiennes de la troupe de Laglène en 1789. Pour ce port, l’absence de rôles d’équipage conservés après 1781[1], de registres de catholicité pour les voyages vers les îles après 1787[2] oriente l’historien vers une source complémentaire, les registres de listes de passagers conservés aux Archives Nationales de l’Outre-Mer. Il devient alors possible de compléter une chronologie des voyages vers les colonies au départ de Bordeaux entre 1788 et le début de la période impériale.

Continuer la lecture

Prendre la mer vers les outre-mer : les rôles d’équipages du port de La Rochelle pour les Antilles (1770-1788)

Rôle d'équipage du Villehélio de La Rochelle (source : SHDR, 6P6-2, n°38)

Première page du rôle d’équipage du Villehélio de La Rochelle (extrait).

 

Les rôles d’équipages, bien souvent utilisés pour des travaux concernant les flux commerciaux et maritimes ou encore sur les gens de mer[1] apparaissent également comme une source majeure pour l’étude des migrations et ce malgré de nombreuses lacunes.

Le port de La Rochelle offre, entre 1770 et 1788 une série continue d’archives. Les seuls rôles d’équipage conservés au Service Historique de La Défense de Rochefort avant cette date[2], concerne l’année 1757 (cote 6P6-1). Cette série ininterrompue se poursuit jusqu’en 1788 puisqu’à partir de 1789, nous n’avons en notre possession que des rôles de désarmement ne prenant conséquemment pas en compte les passagers présents sur le navire lors de son départ.

Continuer la lecture

Le Cognaçais et l’Atlantique (XVIIe-XVIIIe siècle)

 

Entre la fondation du port de Rochefort (1665-1666) et l’insurrection dominguoise d’août 1791, comment un arrière-pays viticole, le Cognaçais, participe-t-il à la première mondialisation et au premier empire colonial ? C’est l’objet d’une conférence qu’organise le GREH (Groupe de Recherches et d’Etudes Historiques de la Charente Saintongeaise) le 2 février 2019 à Cognac, dans le cadre de son cycle annuel de conférences historiques.

Continuer la lecture

Enseigner les traites négrières et l’esclavage en Nouvelle Aquitaine: quels enjeux ?

En partenariat avec la librairie Mollat, la MSHA et l’ESPE d’Aquitaine, NAOM organise, sous la direction de Marguerite Figeac et Sylvie Lalagüe-Dulac, deux journées d’études transdisciplinaires les 16 et 17 janvier 2019.

Retrouvez ici l’affiche et le programme

Montesquieu, quand l’ironie dénonce l’esclavage

Comme Voltaire, Montesquieu utilise l’ironie pour dénoncer les esclavagistes. Il est un anti-esclavagiste militant, contrairement à ce que pourrait laisser supposer certaines phrases sorties de leur contexte. En ridiculisant les arguments en faveur de l’esclavagisme, Montesquieu montre la brutalité des Européens avec les Indiens, le racisme qui justifie la traite des Noirs et l’impiété de ceux qui se disent chrétiens.

Retrouvez ici le texte de Montesquieu

Continuer la lecture

La Rochelle, l’Aunis et la Saintonge face à l’esclavage

Ouvrage sous la direction de Mickaël Augeron et Olivier Caudron

La Rochelle est au XVIIIe siècle le second port négrier de France. Les armateurs de la cité aunisienne ont transporté, depuis les rivages africains vers les plantations des Amériques, 160 000 Africains depuis les années 164o jusqu’au début du XIXe siècle, dont 130 000 pour le seul XVIIIe siècle. Derrière le grand port, toute une région vit également de la Traite des Noirs, de Rochefort aux rives de la Seudre.

Continuer la lecture

Un Charentais à Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle, d’après la correspondance Séris

En cette seconde moitié du XVIIIe siècle, nombreux sont les jeunes gens de la façade atlantique à tenter leur chance dans les colonies. Si quelques-uns se dirigent vers les petites Antilles, la plupart se rendent directement vers Saint-Domingue ou finissent par s’y établir. Car c’est dans cette grande colonie, « Perle des Antilles » fondée sur un esclavage de masse, que les perspectives de réussite semblent les meilleures. Continuer la lecture

Médiation et valorisation des patrimoines liés à l’esclavage

À l’instigation de la Ville de La Rochelle, plusieurs établissements culturels et patrimoniaux de La Rochelle et de Rochefort, regroupés sous le label de l’ARCADD, ont proposé dans le courant de l’année 2010 une série de manifestations consacrées à l’histoire de la traite négrière et de l’esclavage. Constitué d’une table ronde, d’expositions, de conférences, de films documentaires et d’expressions diverses du spectacle vivant, ce programme, basé sur les dernières avancées de la recherche, s’est prolongé en 2011, en soulignant le dynamisme de la région dans ce domaine de la recherche, trente ans après les pionniers en la matière.

Continuer la lecture

Un Bordelais des Lumières: Montesquieu dénonce l’esclavage

Dans les Lettres persanes, Montesquieu dénonce le désastre d’esclaves qui meurent en Afrique à extraire l’or des mines, des esclaves qui sont exploités par les Africains eux-mêmes.

Retrouvez ci le texte de la lettre CXXI

Continuer la lecture

Les ports néo-aquitains et l’outre-mer, l’histoire par l’image

Joseph Vernet, Le port de La Rochelle

Le XVIIIe siècle est marqué par la croissance urbaine (le royaume gagne près de 8 millions d’habitants entre 1715 et 1789) et le développement des échanges maritimes. C’est dans ce contexte que Marigny, surintendant des Bâtiments, Arts, Jardins et Manufactures sous Louis XV, commande en 1753 au peintre Joseph Vernet la série des « ports de France », soit vingt-quatre tableaux, dont quinze achevés avant 1765. Parmi, on trouve les ports de La Rochelle et de Bordeaux.

Continuer la lecture

Un monde créole – Vivre aux Antilles au XVIIIe siècle

Sous la direction d’Annick Notter et Erick Noël


Après un éclairage sur ce qui motive l’installation dans les îles à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, l’ouvrage aborde la période d’épanouissement de la société créole dans ses aspects sociaux, économiques et matériels, son lien avec la métropole et ses conséquences dans la vie quotidienne. Le choc de la Révolution, l’abolition et les révoltes qui bouleversent cet univers, la reconstruction mise en oeuvre selon des modalités propres à chaque île achèvent cette exploration.
L’abondante illustration permet d’aborder des environnements variés (Martinique, Guadeloupe, Saint-Domingue), les plantations de différentes cultures (canne à sucre bien sûr mais aussi café ou indigo) et les relations sociales internes aux îles à travers des documents peu connus ou inédits.
Destiné à un large public, l’ouvrage concilie l’exigence scientifique de ses auteurs avec des textes accessibles et éclairants.

La lettre, le livret, l’état de service et le brevet : lire les opportunités maritimes dans les archives du personnel de la Marine

Extrait du journal des services de Faures, natif de Saintes (0) (AN, Mar, C7, 104, dossier n°4)
Extrait du journal des services de Faures, natif de Saintes (0) (AN, Mar, C7, 104, dossier n°4)

Si les documents notariés laissent entrevoir des itinéraires atlantiques (cf.  billets n°1 et n°2), les dossiers de personnels, principalement de pension, constitués, traités et archivés par l’administration de la Marine et les Archives Nationales offrent l’opportunité de saisir des trajectoires de vie plus étoffées que ne les grattent les plumes rigoureuses et crispées des notaires de Saintonge-Angoumois sur leurs actes.

Continuer la lecture