Un Charentais à Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle, d’après la correspondance Séris

En cette seconde moitié du XVIIIe siècle, nombreux sont les jeunes gens de la façade atlantique à tenter leur chance dans les colonies. Si quelques-uns se dirigent vers les petites Antilles, la plupart se rendent directement vers Saint-Domingue ou finissent par s’y établir. Car c’est dans cette grande colonie, « Perle des Antilles » fondée sur un esclavage de masse, que les perspectives de réussite semblent les meilleures. Qu’ils soient en quête de dépaysement, d’ascension sociale ou pressés par des difficultés en métropole, ces hommes sont saisis par ce « rêve américain » qui s’avère être, pour la plupart d’entre eux, un mirage. En effet, à partir des années 1770, au trop-plein de l’immigration métropolitaine s’ajoute la concurrence locale des « gens de couleur libres ». Beaucoup d’Européens se retrouvent donc sans emploi, confinés à des tâches subalternes dans les villes ou doivent se contenter des modestes gages octroyés aux économes. L’espérance de s’établir à son compte, de plus en plus aléatoire, est ainsi presque toujours déçue. Confrontés à un monde méconnu, ceux qui parviennent à se placer auprès d’un planteur vivent souvent reclus sur des habitations isolés, dans des zones en cours de défrichement. Leur rôle est alors d’administrer et d’encadrer le travail pour le compte de propriétaires plus ou moins présents.

C’est à Léogane, dans la partie sud de Saint-Domingue, que Séris, maître chirurgien de Royan, débarque une première fois en mars en 1768 et y reste quelques mois. Quelques années plus tard, en juillet 1772, il se décide à revenir dans la colonie, et s’installe sur l’habitation Maillat, en « Nouvelle-Saintonge » non loin de Saint-Marc. Il y réside  jusqu’en 1777 au moins, avec l’espoir, plus ou moins ferme, de revenir en France avec un pécule. Tout au long de cette période, il entretient avec sa femme et ses deux filles une correspondance. Aujourd’hui conservée aux Archives départementales de la Gironde dans le fonds Chatillon, elle est accessible sous forme numérisée[1]. Les quelques 70 lettres, toutes signées de la main de Séris lui-même, nous donnent un aperçu à la fois intime et inattendu de la colonisation. Les sentiments les plus doux côtoient l’âpreté au gain, mais aux espoirs de fortune se mêlent, de plus en plus, les désillusions.

[1] Arch . dép. de la Gironde, fonds Chatillon, 61J 43, Papiers Séris. https://archives.gironde.fr/ark:/25651/vta554da6b6c4207e0e


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.