Le Cognaçais et l’Atlantique (XVIIe-XVIIIe siècle)

 

Entre la fondation du port de Rochefort (1665-1666) et l’insurrection dominguoise d’août 1791, comment un arrière-pays viticole, le Cognaçais, participe-t-il à la première mondialisation et au premier empire colonial ? C’est l’objet d’une conférence qu’organise le GREH (Groupe de Recherches et d’Etudes Historiques de la Charente Saintongeaise) le 2 février 2019 à Cognac, dans le cadre de son cycle annuel de conférences historiques.

D’un espace productif intégré à l’économie atlantique, aux migrations ultra-marines sans omettre la mobilité professionnelle des gens de mer et l’essor de nouvelles modes de consommation, l’arrière-pays cognaçais se « maritimise » : nobles tentés par l’aventure coloniale, gens de mer, artisans, négociants et passagers contraints ou volontaires, s’engagent sur mer et dans les Outre-Mer.

Les trajectoires de ces hommes et de ces femmes, aux profils variés, collectées dans les archives des amirautés de la Marine et des notaires mettent au jour la saisie d’opportunités qui renforcent la dimension maritime de l’arrière-pays cognaçais. De l’arrière-pays cognaçais aux outre-mer, cette conférence est l’occasion de décrire et d’expliquer comment se projettent les sociétés intérieures du Centre-Ouest Atlantique dans la première mondialisation.

La conférence sera animée par Jean-Christophe Temdaoui, membre du programme de recherche NAOM, professeur d’histoire-géographie, doctorant à l’université de Poitiers, rattaché au laboratoire Criham EA 4270.

 


Informations pratiques :

Date : 2 février 2019, 17h00 (durée approximative : 1 heure)

Lieu : Centre des Congrès, Salle de La Salamandre, 16100 Cognac.

Organisation : G.R.E.H.

 

 


Source de l’illustration : AD de la Charente, 5C5, Commerce des eaux-de-vie d’Angoumois, état des eaux-de-vie expédiées vers la Guinée et les Îles de l’Amérique française, 1783-1784.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.