La nièce d’Amérique

On imagine facilement la surprise de Pierre Sauvanelle, bourgeois de Libourne, quand il apprend en novembre 1785 qu’une certaine Elizabeth Sauvanelle, sa nièce, existe de l’autre côté de l’Atlantique et que, d’autre part, celle-ci revendique sa part d’héritage.

Les minutes notariales de l’étude Banizette de Libourne (AD Gironde, 3 E 12 955) dévoilent cette histoire peu ordinaire : celle d’une jeune Américaine aux origines libournaises qui se rappelle au bon souvenir de sa famille de Guyenne. Outre un procureur, celle-ci envoie plusieurs attestations pour prouver son droit à prétendre à l’héritage, toutes authentifiées par George Hazard, maire de la ville de Newport.

Elizabeth Sauvanelle, dite « la Jeune » dans les actes notariés, vit à Newport, dans le Rhode Island, l’un des treize États fondateurs des États-Unis d’Amérique. Elle y est née et y réside toujours en 1785. Elle est la fille de Jean Sauvanelle, frère de Pierre, qui a choisi d’émigrer pour des raisons qui ne sont pas clairement explicitées dans les textes, et d’Elizabeth Douglas. En 1785, Elizabeth a 20 ans. Sa date de naissance est connue par le témoignage de la sage-femme Elizabeth Linthorne, daté du 12 août 1785 : celle-ci précise avoir délivré Elizabeth Douglas Sauvanelle d’une fille prénommée également Elizabeth le 17 septembre 1765. La sage-femme ajoute qu’elle voit fréquemment les deux Elizabeth depuis cette date, jusqu’à ce jour. Un acte américain indique que la jeune fille est baptisée sept ans plus tard, le 12 avril 1772, par le recteur George Bisset en l’église de la Trinité de Newport. Jean Bours, témoin du baptême, ancien gardien et lecteur de l’église, en atteste le 11 août 1785. La Trinité de Newport est une église anglicane, la plus ancienne de l’État, fondée en 1698, et connue par ailleurs pour avoir eu le fils du compositeur allemand Pachelbel, Charles Theodore, comme premier organiste au début du XVIIIsiècle. Contrairement aux pratiques constatées dans la France d’Ancien Régime, le baptême n’est donc pas intervenu dans les jours suivant la naissance, mais cela correspond aux pratiques religieuses de la famille Sauvanelle, nous allons y revenir.

En novembre 1785, un Charentais nommé Louis Maurice Barrod de Beaulieu rentre au pays. Il est originaire de Saint-Jean d’Angély, dans la généralité de La Rochelle. Il est présenté comme « ancien gendarme de la garde du Roy » et, à présent, officier d’artillerie, gardien de la ville de Newport. Il possède une procuration d’Elizabeth Sauvanelle la Jeune, une procuration « ecritte en anglois et traduitte en francois » qui date du 12 août 1785, « neuvieme annee de l’independance de l’Amerique ». Muni de ce pouvoir, Barrod se rend donc à Libourne pour réclamer la part d’héritage d’Elizabeth. En effet, la mère de Pierre et de Jean est décédée dans les années 1770, au plus tôt en 1776. Selon son testament, enregistré le 15 juillet 1757 en l’étude de MChaperon, notaire à Libourne également, elle lègue « un petit bien » situé dans la paroisse voisine d’Arveyre, au lieu-dit d’Anounet, et « la moitiée d’une petite métairie sittuée à la Borde Beaulieu dud[it] Libourne ». Pierre Sauvanelle déclare jouir des deux biens, depuis 1772 pour le premier et 1776 pour le second, tout en précisant que ces « jouissances » sont « modiques ». Il invoque également sa bonne foi : jusqu’à la venue de Barrod, il ignorait qu’il avait une nièce américaine, ce qui laisse supposer qu’il n’a pas eu de nouvelles de son frère depuis au moins vingt ans. En avait-il auparavant ? Rien ne permet de le dire.

L’affaire se conclut facilement, puisque Pierre Sauvanelle remet à Elizabeth les biens qui lui reviennent ; il s’agit du but de l’acte notarié du 21 novembre 1785.

L’irruption de cette nièce américaine revêt un tout autre intérêt que le simple règlement d’une succession : elle est l’occasion de suivre le parcours d’un homme, Jean Sauvanelle, dont l’histoire épouse en partie celle des Treize Colonies.

La date de son émigration n’est pas connue – une rapide lecture de la série 6 B de l’Amirauté de Guyenne n’a rien donné. Il se trouve dans le Rhode Island depuis les années 1750, au moins. Il s’est en effet marié le 9 juin 1754 avec Elizabeth Douglas, au sein de la communauté anabaptiste de la colonie. Ils sont unis à Newport par le révérend Nicolas Eyres, ministre « en ce temps là d’une société d’anabaptistes », autorisé, à ce titre, à célébrer les mariages. La région bordelaise n’est pas connue pour héberger au XVIIIsiècle une communauté anabaptiste, au contraire de l’Alsace. En revanche, elle compte de nombreux protestants, notamment dans la région de Libourne, et tout porte à croire que Jean Sauvanelle était de la « religion prétendüe reformée ». Sans doute a-t-il rallié cette communauté anabaptiste à son arrivée en Amérique, et pourquoi pas à l’initiative d’Elizabeth Douglas, dont le patronyme révèle par ailleurs l’ascendance anglaise. Il n’y a rien d’étonnant à trouver des anabaptistes dans le Rhode Island. En effet, depuis sa création en 1636 par Roger Williams, un puritain banni de la colonie de Salem dans le Massachussets pour des motifs religieux, le Rhode Island est considéré comme l’État le plus tolérant de la côte américaine. La liberté religieuse y est totale, conformément au vœu de son fondateur qui souhaitait à l’origine établir une communauté baptiste. Le baptême tardif de la jeune Elizabeth trouve ici son explication : les anabaptistes rejettent le baptême des très jeunes enfants. Ce sacrement est conçu comme un acte volontaire et conscient, et ne peut donc intervenir qu’à l’adolescence ou à l’âge adulte.

Il convient cependant de noter que le baptême d’Elizabeth en l’église anglicane de la Trinité en 1772 révèle que les Sauvanelle ont quitté à cette date la communauté anabaptiste puisque les Anglicans pourfendaient ces Puritains. Et que l’âge de sept ans pour recevoir ce sacrement n’est guère conforme avec les pratiques anabaptistes.

Quelle est la profession de Jean Sauvanelle en Amérique ? Une autre attestation américaine, toujours datée du 12 août 1785, lui donne l’activité de mariner, donc de marin. Les auteurs de cette attestation, John (Jean) Narbonne, marchand, et Peter Hervy, gardien, se présentent comme des amis de Jean Sauvanelle. Ils déclarent par ailleurs bien connaître les deux Elizabeth Sauvanelle, mère et fille. C’est dans leur témoignage que se trouve l’information selon laquelle Jean Sauvanelle est mort en 1770. Le lieu de son décès est même des plus précis : il trépasse à Fort-Dauphin, sur l’île de Saint-Domingue, dans la maison d’une femme irlandaise. Que faisait-il aux Antilles ? Très certainement du commerce de contrebande, entre les îles tropicales et la côte est américaine, peut-être avec les déclarants Narbonne et Hervy. Nous sommes en effet à une époque où le système de l’exclusif imposé par Londres aux Treize Colonies a eu pour conséquence de faire exploser le commerce interlope et la contrebande en tout genre, faisant la fortune de nombreux colons américains. Une autre supposition voudrait que Jean Sauvanelle soit impliqué dans la traite négrière entre l’Amérique, les Antilles et pourquoi pas l’Afrique, bien que l’esclavage soit réglementé dans le Rhode Island. Cet État est le premier à avoir adopté une législation contre l’esclavage, en 1652. D’abord applicable aux Blancs et aux Noirs, la législation est étendue en 1676 aux Amérindiens. Mais la loi ne s’applique en réalité qu’à Providence et à Warwick. Les habitants de Newport n’y sont donc pas soumis et la ville devient aux XVIIe et XVIIIsiècles un centre important de l’esclavage nord-américain. Jean Sauvanelle, au même titre que Jean Narbonne, a pu être un acteur de ce commerce.

Une dernière attestation permet de confirmer le groupe social dans lequel évoluait Jean Sauvanelle, à savoir un groupe formé par les activités maritimes et la religion protestante. Barrod, le procureur d’Elizabeth, est de Saint-Jean d’Angély, un bastion protestant de Saintonge, au même titre que Libourne en Guyenne. D’autre part, les relations avec le monde de la mer apparaissent dans la déclaration de Richard et Marie Simpson du 12 août 1785. Ils indiquent « qu’ils étaient des conviés de la nôce » quand Jean Sauvanelle et Elizabeth Douglas se marièrent en 1754. Richard Simpson est un charpentier de navire. Si l’on y ajoute le cas de Jean Narbonne, marchand, et la profession-même de Sauvanelle, marin, nous voyons bien que celui-ci appartenait par ses relations professionnelles et amicales à un groupe urbain et maritime, dans un Rhode Island davantage connu aux XVIIet XVIIIsiècles pour ses activités rurales, comme la plupart des colonies d’Amérique du Nord.

Dans la série d’actes de 15 pages, un dernier acteur mérite d’être évoqué. Il s’agit de Maurice Desdevens de Glandons, le traducteur anglais-français des actes américains. Dans l’acte notarié de MBanizette, il est présenté comme « notaire en toutte l’etendue du Canada, faisant les fonctions d’interprette des langues francoise et angloise ». Desdevens des Glandons est bien connu dans les archives nord-américaines. Né en 1742 en France, il arrive assez jeune au Canada – ou peut-être en Nouvelle-France si c’est avant le traité de Paris de 1763. Il y exerce comme arpenteur royal à partir de 1767, donc à 25 ans. Outre de nombreux actes conservés où il agit comme arpenteur, Desdevens de Glandons est resté célèbre pour son implication dans la tentative américaine de conquérir le Canada en 1775-1776 : il est alors engagé dans les milices aux côtés des Américains. C’est à ce moment qu’il est nommé « notaire », en plus de sa fonction d’arpenteur (12 mars 1776). Signalé à Albany, à l’ouest de New-York, où il s’occupe de réfugiés canadiens, il perd toute fonction, et donc revenus, en 1781. Son exil forcé aux États-Unis se transforme en cauchemar. Il perd deux filles, mortes de faim à Albany. Il exerce de façon clandestine – c’est-à-dire sans licence – les métiers de colporteur ou de tavernier, toujours dans l’État de New-York. Les archives américaines et canadiennes perdent ensuite sa trace, avant de le voir réapparaître en 1786 au Canada dans des actes d’arpentage au lac Champlain. Nous pouvons à présent, grâce aux archives girondines, affirmer que Desdevens de Glandons exerça aussi le métier de traducteur-interprète dans le Rhode Island, à Newport, en se faisant passer pour notaire alors qu’il n’en avait sans doute plus le pouvoir, ni même les revenus associés. Il devait à ce moment beaucoup se déplacer dans les États du nord-est (New-York, Rhode Island voire Massachussets) à la recherche du moindre revenu. Quoi qu’il en soit, sa qualité de traducteur n’est pas remise en cause en France, et les actes traduits sont enregistrés comme valables et acceptés par Pierre Sauvanelle.

Au terme de cette brève analyse, si le parcours des Sauvanelle apparaît plus clair, du Sud-Ouest de la France au Rhode Island en passant par les Antilles, des questions demeurent, autant sur la réalité de son activité professionnelle que sur les relations entretenues avec sa terre d’origine. Une interrogation essentielle concerne Elizabeth la Jeune : comment a-t-elle su qu’un héritage l’attendait à Libourne ? Comment l’information a-t-elle circulé ? Difficile en l’état actuel des sources d’y apporter une réponse, même si le fait que Pierre Sauvanelle, son oncle, ignore totalement son existence laisse penser que les liens étaient alors très distendus.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.