Prendre la mer vers les outre-mer : les rôles d’équipages du port de La Rochelle pour les Antilles (1770-1788)

Rôle d'équipage du Villehélio de La Rochelle (source : SHDR, 6P6-2, n°38)

Première page du rôle d’équipage du Villehélio de La Rochelle (extrait).

 

Les rôles d’équipages, bien souvent utilisés pour des travaux concernant les flux commerciaux et maritimes ou encore sur les gens de mer[1] apparaissent également comme une source majeure pour l’étude des migrations et ce malgré de nombreuses lacunes.

Le port de La Rochelle offre, entre 1770 et 1788 une série continue d’archives. Les seuls rôles d’équipage conservés au Service Historique de La Défense de Rochefort avant cette date[2], concerne l’année 1757 (cote 6P6-1). Cette série ininterrompue se poursuit jusqu’en 1788 puisqu’à partir de 1789, nous n’avons en notre possession que des rôles de désarmement ne prenant conséquemment pas en compte les passagers présents sur le navire lors de son départ.

Dans quelle(s) mesure(s) pouvons-nous dire que la fin du XVIIIe siècle peut être considérée comme une période de rupture par rapport aux époques précédentes [voire même la fin d’un cycle] en ce qui concerne les migrants vers les îles à sucre ?

 

*

 

Qu’est-ce qu’un rôle d’équipage ?

Ces registres reliés rassemblant les rôles d’armement de l’année sont conservés au Service Historique de La Défense à Rochefort, dans la série P intitulé : « Inscription maritime : pêches, navigation commerciale et recrutement des équipages ». Que trouvons-nous dans ces archives ?

En premier lieu, il y a sur la première page du rôle une « fiche signalétique » du vaisseau contenant le nom du navire, son tonnage, son lieu de destination, son port d’armement, le nom de son capitaine et celui de l’armateur. Ensuite nous trouvons une énumération des membres de l’équipage. En dernier lieu nous pouvons trouver, s’il a lieu, une liste des passagers embarqués sur le navire et c’est cela qui va particulièrement nous intéresser. Ces listes présentes sur les rôles d’équipages nous permettent de créer une véritable fiche d’identité des passagers embarqués car il est fait mention de façon systématique du nom et du prénom du passager, de son lieu de résidence et / ou de naissance, du nom et prénom de ses parents et de son âge.

Malheureusement, ces relevés restent lacunaires sur certains renseignements à fournir. On regrette notamment que pour la plupart des individus recensés pour le port de La Rochelle entre 1770 et 1788, il ne soit pas fait mention de l’activité professionnelle des individus consignés dans ces listes rendant toute démonstration à ce sujet relativement difficile et peu représentative.

Si ces documents se prêtent facilement à une analyse des flux migratoires en fournissant une liste des passagers embarqués sur le navire, le plus intéressant réside dans la typologie qu’ils nous permettent d’établir, montrant ainsi la diversité des situations de ces passagers.

 

Essai de typologie

Les rôles d’équipage permettent de comprendre et de mettre en évidence le « statut » que chaque passager se voit attribuer au moment de l’embarquement. Après un dépouillement systématique des rôles d’équipage du port de La Rochelle nous obtenons la distribution suivante pour 916 passagers embarquant au long cours : 7 engagés et 53 en place d’engagés, 24 passagers aux frais du Roi et 832 passagers de gré à gré.

Les engagés

Cette classification des passagers à destination des colonies n’est pas apparue à la fin du XVIIIe siècle. Néanmoins, tout au long du XVIIIe siècle de nombreux éléments viennent modifier les mécanismes des migrations établis durant le XVIIe siècle. Le plus notable est l’augmentation de la main-d’œuvre servile qui entraîne de fait une marginalisation du rôle de l’engagé. En effet, nous passons progressivement d’une phase d’engagement massif à une marginalisation des engagés jusqu’à l’arrêt définitif de ce système en 1774. Cette hypothèse semble corroborée par la proportion non négligeable prise dans les rôles d’équipages du port de La Rochelle par les « passagers en place d’engagés ». À n’en pas douter, l’obligation faite aux armateurs de devoir prendre un nombre minimum d’engagés (entre 3 et 6 selon le tonnage du navire), mais aussi les termes employés pour qualifier ces passagers, semble indiquer que ces passagers ont pour but de se substituer aux engagés de métier. Par ailleurs, un autre élément nous permet de confirmer notre hypothèse puisqu’il est régulièrement, pour ne pas dire systématiquement, précisé que ces passagers en place d’engagés le sont : « par ordre de Monseigneur le Duc de Boynes ».

Les passagers aux frais du roi

« Les religieux, les officiers de plume et d’épée, les soldats ainsi que les prisonniers voyageaient gratuitement sur les bâtiments du roi[3] ». Voilà qui pourrait nous offrir un portrait très concis de ce que sont les passagers aux frais du roi. Ce sont généralement des individus au service du roi effectuant un voyage financé, sans aucun doute, par le pouvoir royal (d’où l’expression « aux frais du roi »). Comment cela fonctionne-il ? Plusieurs étapes peuvent être identifiées. Tout d’abord le passager souhaitant partir doit adresser une lettre au ministre des colonies et de la Marine, via l’intendant de la Marine, afin de lui demander son autorisation. Puis, le ministre en question adresse sa réponse à l’intendant de la Marine. Cependant, l’autorisation n’est pas accordée de façon automatique par le ministre, il se peut que le passage soit refusé aux passagers voulant partir aux frais du roi.

Les passagers volontaires

Ce sont des individus partant volontairement vers les Antilles. Cela implique bien évidemment, que ces migrants devaient payer leur traversée, contrairement aux engagés ou aux passagers aux frais du roi.

Tout d’abord, nous pouvons préciser que la définition est certes très large mais, cela nous permet d’y intégrer des passagers regroupés sous diverses appellations : comme les passagers de gré à gré, les passagers « pour Saint-Domingue » présents par exemple sur le navire Le Père de famille partant en 1773 la Perle des Antilles[4]. Ou encore les « passagers gagnant leur passage ». Mais, bien que relevant d’une typologie quelque peu différente, nous les avons rassemblés sous une même étiquette puisqu’ils ont un point commun : ce sont des volontaires, payant leur voyage, contrairement aux précédents (engagés et passagers aux frais du roi).

Les rôles d’équipage du port de La Rochelle entre 1770 et 1788 montrent, notamment pour les départs volontaires, un véritable changement dans la sociologie des départs. En effet, nous sommes passés d’une émigration qui auparavant se composait principalement de laboureurs ou d’ouvriers à une émigration faite de négociants, de marchands, d’officiers militaires à la fin du XVIIIe siècle. Interrogeons-nous afin de comprendre pourquoi. En dehors du fait que ces passagers volontaires composent désormais la majeure partie des flux migratoires à destination des Antilles. Un élément de réponse est formulé par Lucile Bourrachot et Jean-Pierre Poussou lorsqu’ils annoncent que : « La donnée évidente est la surreprésentation des couches moyennes et supérieures ; mais elle était posée a priori puisqu’il s’agissait d’étudier des gens qui pouvaient se payer leur voyage[5]. »

 

*

 

Les rôles d’équipage sont une source essentielle pour l’étude des migrations : au-delà de la description des flux migratoires, ces documents nous permettent de réaliser une véritable typologie des migrants qui associe à la mise en évidence de cycles de migration l’esquisse d’une véritable sociologie des départs ».

 

Marie Cloutour

Doctorante en histoire moderne

Université de Poitiers

CRIHAM EA 4270

GIS Histoire et Sciences de la Mer

 


Notes :

[1] On citera notamment les travaux de SAUZEAU T. Les marins de la Seudre : entre sel charentais et sucre antillais, XVIIIe-XIXe siècle, Geste éd, La Crèche, 2005.

[2] Service Historique de La Défense, de Rochefort, rôles d’équipages du Port de La Rochelle de l’année 1770, registre 6P6-2.

[3] LARIN R. Brève histoire du peuplement européen en Nouvelle-France, Québec, Septentrion éditions, 2000, p. 71.

[4] SHD Rochefort, 6P6-5, Registre, Rôle d’armement du navire Le Père de famille, f°39

[5] BOURRACHOT L. et POUSSOU J-P. « Les départs de passagers charentais pour les Antilles (1713-1787) », Etudes sur la Saintonge et l’Aunis : Actes du congrès d’études régionales de la fédération historique du Sud-Ouest tenus à Saintes les 16 et 17 Juin 1973. p. 177.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.