Sous les voiles de Brion, le masque des colonies : le voyage d’une troupe de comédie vers l’Île-de-France et le Mozambique en 1789.

Estampe du Roman comique de Scarron représentant l'arrivée des Comédiens dans la ville du Mans (extrait), XVIIIe siècle.

Le Roman comique de Scarron: suite complète de 16 gravures […], L’arrivée des Comédiens dans la ville du Mans, estampe gravée par Louis de Suris de Surugue sur un dessin de Pater Jean-Baptiste, 26,4 x 37 cm, XVIIIe siècle. Source : BM Valencienne, J 1-116, f°1.

Bordeaux est une porte ultra-marine et des milliers de passagers traversent les océans sous les voiles de ses trois-mâts marchands au XVIIIe siècle. Parmi eux, les comédiens et comédiennes de la troupe de Laglène en 1789. Pour ce port, l’absence de rôles d’équipage conservés après 1781[1], de registres de catholicité pour les voyages vers les îles après 1787[2] oriente l’historien vers une source complémentaire, les registres de listes de passagers conservés aux Archives Nationales de l’Outre-Mer. Il devient alors possible de compléter une chronologie des voyages vers les colonies au départ de Bordeaux entre 1788 et le début de la période impériale.

Ces listes de passagers sont rassemblées dans des registres regroupant 7 à 14 années d’embarquements bordelais (1749-1758, 1759-1768, 1769-1776, 1777-1790). Elles ont été constituées à partir des rôles d’équipage et se présentent sous la forme d’états mensuels reliés ou copiés déclinant le nom du navire, celui du capitaine et la destination avant de répertorier les passagers embarqués. L’intérêt de ces listes réside dans une transcription qualitative renseignant le nom, le prénom, le métier, l’origine géographique, l’âge et ponctuellement un lien familial relatif au voyageur, rendant ainsi possible une approche plurielle des embarquements au tournant du XVIIIe et XIXe siècles. Ces registres illustrent d’une part le travail administratif de copie opéré dans les bureaux du ministère de la Marine et des Colonies par des commis à partir des documents provenant des bureaux des classes. D’autre part, ils incarnent tangiblement l’orientation croissante vers l’identification individuelle à la fin du XVIIIe siècle : l’établissement des listes procède du contrôle de la monarchie sur la mobilité des sujets du roi d’une part mais également de la recherche de la préservation des intérêts de l’individu entre les deux rives de l’océan d’autre part.

Au fil des pages, se succèdent le plus souvent des voyageurs classiques qui embarquent seuls, en famille, en fratrie, moyennant l’engagement ou l’acquittement d’un droit de passage auprès du capitaine, à bord des navires marchands bordelais. Quelques listes donnent cependant l’opportunité de saisir une mobilité professionnelle bien singulière, celle des artistes.

En décembre 1789, le départ de l’Aigle[3] n’a pas dû manquer de pittoresque. Joachim Brion, capitaine, prépare son navire pour un long voyage vers l’Île-de-France et le Mozambique.  Son départ est retardé : les longueurs de l’armement sans aucun doute… Le numéro 313 du Journal de Guyenne, publié le 9 novembre 1789 annonçait son départ prochain en ces termes : « Le Nav. L’Aigle, Cap. M. Joach. Brion, partira pour l’Isle de France d’ici au 25 du courant, & prendra du fret & des Passagers. S’ad. A Mrs Gautier & Compe, Arm. ». Les places réservées aux passagers de gré à gré ont été visiblement négociées et affectées bien rapidement, avec ou sans la lecture de l’annonce du numéro 313. Ce soir-là, on jouait au Théâtre de Bordeaux Polyeucte de Pierre Corneille suivie des Deux Savoyards, un opéra-bouffe en un acte. Incessamment serait représentée Colinette à la Cour, un opéra en trois actes, et Les Dangers de l’absence ou le Souper de famille, une comédie nouvelle en deux actes. Aux Variétés Amusantes des allées de Tourny, dans la salle du Sieur Blondin étaient jouées des pièces en prose : la première de la comédie en 3 actes Les Deux Locataires, suivie de la parade en un acte de l’Arbre de Cracovie.

Joseph Laglène se tenait informé de ces représentations mais il préparait le voyage de ses comédiens. À 35 ans, directeur de comédie, originaire de Poitiers, il avait justement besoin de 38 places à bord de l’Aigle pour lui et sa troupe composée de 17 comédiens, 5 comédiennes et 3 musiciens. On ne sait le prix dont il s’acquitta auprès de Brion pour la traversée vers l’Île-de-France. Parmi les comédiens établis par le mariage, neuf voyagent en couple avec les enfants. Demoiselle Bréyé, jeune comédienne de 18 ans, de Paris, voyage ainsi avec son époux, Victor-Albert Fleurival qui est âgé du double. Le comédien Pierre-Etienne Thuilier, natif de l’Île-de-France dans l’Océan Indien, effectue le passage avec son épouse, Marie Tellier, de Boulogne-sur-Mer, et leur fils Pierre, cadet des passagers, âgé de 7 ans. La comédienne parisienne Lépinet voyage avec son fils Paulin-Gilles, né à Calais, sept ans plus tôt. Personnage-clef de cette troupe itinérante, l’entrepreneur en spectacles est originaire d’Arras en Artois : monsieur Dupont a 41 ans et fait la traversée avec son épouse Séraphine Saint-Aubert et leur fille, Séraphine-Brigitte. Parmi les comédiens de Laglène, un Suisse de Saint-Maurice-en-Valay et un Italien de Gênes illustrent la diversité des origines géographiques des membres d’une troupe principalement composée d’artistes du nord du royaume : de Bretagne, de Picardie, de l’Artois et du Calaisis, d’Alsace et du Nivernais. Trois comédiens languedociens et trois poitevins complètent l’équipe. Michel Boulanger-Dorival, de Rouen, est le spectateur de cette troupe parmi les passagers de Brion : négociant, il part en effet pour affaires sur l’Île-de-France.

Origine provinciale des comédiens embarquant sur l'Aigle à Bordeaux (décembre 1789)

Origine provinciale des comédiens embarquant sur l’Aigle à Bordeaux (décembre 1789). D’après ANOM, F5B 42, Passages, Bordeaux, 1777-1790. Réalisation: Temdaoui J.-C., 2019.

La liste des passagers de l’Aigle de Joachim Brion est singulière à plus d’un titre : elle met en lumière les modalités d’une mobilité professionnelle collective et structurée des artistes des arts du vivant dans un contexte ultra-marin colonial au temps de la première mondialisation. À ce titre, elle constitue un bel exemple pour les chantiers d’une historiographie coloniale culturelle qui s’intéresse à leurs circulations. La troupe de Laglène incarne également la saisie d’opportunités par les troupes métropolitaines de comédie pour se produire outre-mer dans des sociétés de plantation où le théâtre devient une sociabilité du divertissement urbain[4] aux côtés du vauxhall et de la salle de billard. En débarquant à l’Île-de-France, nul doute que l’équipe de Laglène, au complet, n’a plus qu’à trouver une salle de comédie pour se produire. Si on ne sait combien de temps le comédien Pierre-Etienne et la comédienne Breyé joueront les pièces mises en scène par Laglène sur les planches des outre-mer de l’Océan Indien, la trace écrite qu’a laissé leur embarquement à Bordeaux décrit combien le rayonnement du premier port de Guyenne à la fin du XVIIIe siècle atteint les Flandres au Nord et les Alpes à l’Est.

Jean-Christophe Temdaoui

Université de Poitiers, CRIHAM


Sources :
BM Valencienne, J 1-116, Le Roman comique de Scarron : suite complète de 16 gravures de Surugue père et fils, Lépicié, Jeaurat et Audran d’après J.-B. Pater et J. Dumont Le Romain, Paris, L. Surugue, 1729-1739, f°1. URL: https://patrimoine-numerique.ville-valenciennes.fr/ark:/29755/B_596066101_J_1_116/FOLIO_1
ANOM, F5B 42, Passages, Bordeaux, 1777-1790, L’Aigle, capitaine Brion, décembre 1789.
BM Bordeaux, H 3442/11 Rés, Journal de Guyenne, n°313, 9 novembre 1789. URL : http://bibliotheque.bordeaux.fr/in/faces/details.xhtml?id=BordeauxPA_7273

Notes :
[1] ADG, 6B 543, Amirauté de Guyenne, Rôles d’équipage, Bordeaux, 1781.
[2] ADG, 6B 46 à 6B 58, Amirauté de Guyenne, Registres de catholicité, 1713-1787; Bourrachot Lucile et Poussou Jean-Pierre, « Les départs de passagers charentais pour les Antilles (1713-1787) », Études sur la Saintonge et l’Aunis : Actes du congrès d’études régionales de la fédération historique du Sud-Ouest tenus à Saintes les 16 et 17 Juin 1973, Recueil de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Charente-Maritime, t. 25, Saintes, Delavaud, p. 167-190.
[3] ANOM, F5B 42, Passages, Bordeaux, L’Aigle, capitaine Joachim Brion, décembre 1789, non paginé.
[4] Jauze Albert, Vivre à l’Île Bourbon au XVIIIe siècle. Usages, mœurs et coutumes d’une colonie française, Paris, Riveneuve, 2017; Figeac Michel, « Du tripot au Wauxhall : jeux et loisirs dans le port de Bordeaux au temps des Lumières », Histoire urbaine, 2000/1 (n° 1), p. 105-12; Beaucé Pauline, Triolaire Cyril, « Les Wauxhalls de province en France. Nouveaux espaces hybrides de divertissement et de spectacle d’une ville en mutation », Dix-huitième siècle, 2017/1 (n° 49), p. 27-42.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.