Un petit souvenir de voyage?

Ce petit élément de placage en os a été trouvé lors de la fouille des habitats du square Champlain à Brouage en 2006. Il provient des remblais d’une grande cour en cœur d’îlot d’habitation, non loin du clos du gouverneur dans l’angle nord-est de la citadelle. Cette cour a probablement servi de dépotoir à la fin de son histoire (fin XVIIIe siècle) et l’objet est donc en position secondaire. Nous ignorons donc tout de son origine et de son propriétaire.

Cette plaque est de petite taille, 7 cm de long sur 1 cm de largeur environ, elle fait partie d’un lot de plusieurs dizaines d’éléments de placage décoratifs découverts sur le site, collection unique en son genre. Les éléments de plaquage sont pour la plupart de bonne facture, reprenant des images assez simplistes donc de production courante. Les placages en os seraient plus issus des ateliers de production situés en Allemagne, dans les Flandres ou en Hollande à la fin du XVIe et au début du XVIIe s. ; les ateliers français produisant des objets en nacre. Les éléments ont pu servir d’éléments décoratifs plaqués sur des armes à feu, mais aussi sur certains instruments de musique. Cependant l’objet présenté est tout à fait à part.

Les plaques sont toutes taillées dans des os ou du bois de cerf, pratique alors courante dans l’art de la tabletterie d’époque moderne. C’est la partie dure des os, souvent des os longs de gros mammifères qui est utilisée. C’est ici le cas, puisqu’il s’agirait de la partie externe d’une côte de bœuf. Habituellement, les artisans ôtent la partie centrale de l’os, la partie spongieuse, impropre au travail et pour se concentrer sur la partie compacte. Dans le cas présent le revers de la plaquette n’a pas été nettoyé, il subsiste une partie du corps spongieux. C’est assez rare dans cette collection.

La partie visible et décorée est tout aussi surprenante. La plaquette est bordée d’incisions linéaires grossières qui permettent de délimiter le champ du décor. La main est assurément maladroite, tout comme le trait. Le dessin est très surprenant. On peut y voir un profil au milieu de plumes ou de feuilles. S’agit-il d’un profil humain ou d’un animal ? Si c’est un personnage, il porterait une couronne et un manteau de plumes, peut-être un indien d’Amérique du sud, si c’est un animal ce serait plus vraisemblablement un oiseau.

Ceci dit, ce type de représentation est tout à fait atypique et provient assurément d’un néophyte en la matière. L’oiseau lui-même, avec son panache de plumes sur la tête fait plus penser à un oiseau exotique qu’à une espèce locale. La détermination du sujet est très discutable, mais elle évoque tout de même l’exotisme, raconter ce que l’on a vu.

Il serait tentant d’y voir un souvenir de voyage, pourquoi pas de la main d’un marin par exemple qui aurait pu lors du voyage retour fabriquer cette plaquette à partir de son propre vécu. Alain Champagne

Ce dernier est de petite taille, 7 cm de long sur 1 cm de largeur environ, et il fait partie d’un lot de plusieurs dizaines d’éléments de placage décoratifs. Cependant celui-ci est tout à fait à part.

Les plaques sont toutes taillées dans des os, pratique alors courante dans l’art de la tabletterie d’époque moderne. C’est la partie dure des os, souvent des os longs de gros mammifères qui est utilisée. C’est ici le cas, puisqu’il s’agirait de la partie externe d’une côte de bœuf. Habituellement, les artisans ôtent la partie centrale de l’os, la partie spongieuse et pour travailler la partie compacte. Dans le cas présent le revers de la plaquette n’a pas été nettoyé, il subsiste une partie du corps spongieux. C’est assez rare dans cette collection.

Mais la partie visible et travaillée est tout aussi surprenante. La plaquette est bordée d’incisions linéaires grossières qui permettent de délimité le champ du décor. La main est assurément maladroite, tout comme le trait. Le dessin est très surprenant. On peut y voir un profil au milieu de plumes ou de feuilles. S’agit-il d’un profil humain ou d’un animal ? Si c’est un personnage, il porterait une couronne et un manteau de plumes, peut-être un indien d’Amérique du sud, si c’est un animal ce serait plus vraisemblablement un oiseau.

Ceci dit, ce type de représentation est tout à fait atypique et provient assurément d’un néophyte en la matière. L’oiseau en lui-même, avec son panache de plumes sur la tête fait plus penser à un oiseau exotique qu’à une espèce locale. La détermination du sujet est très discutable, mais elle évoque tout de même l’exotisme. Il serait tentant d’y voir un souvenir de voyage, pourquoi pas de la main d’un marin par exemple qui aurait pu lors du voyage de retour fabriquer ce souvenir à partir de son propre vécu.

Alain Champagne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.