La plume, la case et l’apostille. La matricule des gens de mer du département de la rivière de Charente et l’apprentissage de la mer des bateliers de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois. (1727-1738).

La généralité de La Rochelle, par Jean-Baptiste Nolin, XVIIe siècle. Source : Gallica [BNF, CP, GE DD-2987 (743 B)]. URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530527433.r

Les matricules des gens de mer ont formé le socle d’une histoire des sociétés littorales atlantiques et méditerranéennes[1]. Pourquoi ne pas étendre ces approches aux sociétés d’arrière-pays avec des matricules conservées pour des départements maritimes d’arrière-pays comme celui d’Ingrandes sur la Loire ou de la rivière de Charente au XVIIIe siècle ?

A Fouras en 1727, Jean Guilloteau est un des 74 matelots et officiers mariniers immatriculés dans le registre tenu par le commissaire de la Marine Hostein au folio 271, case n°45. À elle seule, la famille Guilloteau compte 7 matelots. Les renseignements concernant Jean que le commissaire pouvait trouver folio 142, ligne n°45 de la précédente matricule, ont été actualisées lors du renouvellement des registres du quartier. Âgé de 25 ans en 1727, célibataire, fils de Nazaire Guilloteau et de Jeanne Léger, né à la veille de la guerre de Succession d’Espagne, le jeune homme a servi sur la frégate du roi la Victoire en 1725 comme matelot à 11 livres. En 1727, Hostein, ou son commis note qu’il est « courtineur et pescheur d’huîtres ». En juin 1728, n’étant pourtant pas de la classe de service, il fait une campagne sur un vaisseau du Roi. De retour, il se présente à la revue de 1729. En 1730, n’étant toujours pas de la classe de service, il prend place à bord du Profond fin janvier pour la Martinique et Saint-Domingue. En octobre, le voilà de retour et promu matelot à 15 livres. En novembre 1732, sa classe, la troisième, étant de service, il est levé pour embarquer sur la Charente, expédiée pour Cayenne et la Martinique. Hostein consigne son retour en mai 1733. L’absence d’apostilles pour les années 1734 et 1735 indique certainement un retour à son activité de courtineur et pêcheur d’huitres. En 1736, année de la première classe de service, il s’embarque de nouveau sur la Charente comme matelot à 15 livres pour une campagne de 9 mois de nouveau pour Cayenne et la Martinique[2]. En 10 ans, Jean Guilloteau a réalisé 4 campagnes au roi comme matelot.

Source : AN, Marine, C4 219, Matricule des gens de mer du département de la rivière de Charente, 1727-1738.

La famille Babin de Cognac ne compte quant à elle seulement trois matelots immatriculés. Folio 99, ligne n°26. François Babin, inscrit à Cognac est âgé en 1727 de 49 ans. Il est né à la fin des guerres de Hollande et a dû naviguer pour le roi soit à la fin de la guerre de Succession d’Espagne, soit durant la Régence. Il appartient à la deuxième classe de service. Fils de Jean Babin et de Catherine Pineau, il a pour épouse Catherine Joussan. Le folio 53 de la précédente matricule indiquait « 2 campagnes sur les vaisseaux du roi, la dernière sur le Fortune, par Mr. De Rochalar, payé 12 [livres] ». Entre 1727 et 1738, son curriculum est vide d’apostilles[3]. Le retour à une navigation fluviale à bord des gabares entre Angoulême et Charente semble avoir éclipsé l’expérience du long cours et il est peu probable que ce matelot ait été engagé durant la guerre de Succession d’Autriche au regard de son âge avancé.

Source : AN, Marine, C4 219, Matricule des gens de mer du département de la rivière de Charente, 1727-1738.

L’abondance des rôles d’équipage, d’armement ou de désarmement des navires de commerce et des vaisseaux du roi expédiés depuis Rochefort, La Rochelle ou Bordeaux pour la seconde moitié du XVIIIe siècle[4] met en évidence un contraste dans la documentation d’archives exploitable par l’historien pour décrire la projection professionnelle maritime des marins du département de la rivière de Charente. La matricule des gens de mer du département de la rivière de Charente de 1727 à 1738 donne ainsi des clefs de compréhension à la fois sur la chronologie et la géographie de l’appel professionnel de la mer dans les terres où naviguent bateliers du fleuve et caboteurs fluvio-maritimes au temps de l’administration Maurepas, avant les opérations de levées de la guerre de Succession d’Autriche. Cette matricule constitue alors un jalon d’analyse essentiel pour apprécier l’évolution du rapport professionnel à la mer des sociétés d’arrière-pays en l’absence d’autres sources pour la première moitié du XVIIIe siècle.

Pour l’archiviste qui remet la matricule des gens de mer de la rivière de Charente, c’est un livre de messe ! La tranche est abîmée, la couverture porte l’inscription « N°6 ». Cette matricule comporte 277 feuillets précédés d’une table des paroisses séparant celles du quartier de Saintes formant le « Haut de la Rivière » Charente, et celles du « Bas de la Rivière », c’est-à-dire le quartier de Rochefort. Chaque double page se présente sous la forme d’un tableau à 6 lignes pour 6 inscrits maritimes et 14 colonnes. Les deux premières identifient l’immatriculé : la première intitulée « anciennes classe » porte la référence du marin dans la matricule précédente pour assurer son suivi, tandis que la seconde indique son nom, son prénom, son âge, sa qualité, son statut matrimonial, son lieu de résidence et ses caractéristiques physiques, renseignements assortis du numéro de la classe de service et éventuellement d’une information de carrière. Suivent  12 colonnes, ayant en en-tête les années de 1727 à 1738 et le numéro (de 1 à 3) de la classe de service mobilisé. Ces colonnes sont garnies de renseignements sur l’affectation des gens de mer sous la forme d’apostilles.

La production de cette matricule s’inscrit dans la continuité du recensement des gens de mer de la rivière de Charente réalisé en 1727[5]. Après le recensement, la matricule renouvelée traduit l’application des classes aux inscrits du département maritime.  Elle participe de la construction d’une statistique des gens de mer et constitue surtout pour le commissaire un outil de suivi de leur itinéraire à l’heure où les chantiers de construction des arsenaux tentent de reconstituer la flotte de guerre. Le lien entre renouvellement de la flotte et reconstitution des périmètres de recrutement de la main d’œuvre navigante est ici essentiel. De l’estuaire de la Charente à Angoulême sont alors immatriculés près de 1 171 gens de mer des quartiers maritimes de Rochefort, concentré sur la zone aval, estuarienne, et de Saintes, en zone amont, linéaire, de Charente à Angoulême. Y voir la recherche d’un approfondissement prévisionnel de l’aire de recrutement ou la confirmation de son périmètre expérimenté durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg constitue une hypothèse plausible lorsque l’historien lit les apostilles ou constate les cases laissées libres par la plume du commissaire de Marine Hostein pour les inscrits du quartier de Saintes.

Cette matricule donne ainsi une pesée globale de l’effectif des gens de mer du département de la rivière de Charente. Le quartier de Rochefort totalise 564 officiers et matelots, celui de Saintes, 607. En 1727, le port d’Angoulême, L’Houmeau, compte 42 navigants. Le village portuaire de Saint-Simon, en aval, immatricule à lui seul 50 matelots. La cité des eaux-de-vie en recense 70. En aval de Saintes, les « grandes » concentrations de matelots se trouvent à Port-d’Envaux, Crazannes, La Touche et Plassais avec 101 navigants et 40 pour Saint-Savinien, principal port de cabotage fluvio-maritime de l’arrière-pays de Saintonge. Le nombre d’immatriculations, s’il donne un aperçu de l’effectif engagé dans la navigation de cabotage fluvial entre l’amont et l’aval du fleuve ou de cabotage fluvio-maritime entre l’aval de Saintes et les côtes de Bretagne ou du Nord du royaume, n’est pas pour autant synonyme d’une équivalente pratique professionnelle de navigation au long cours. En effet, pour les localités situées en amont de Saintes, les cases de la matricule consignant les affectations au roi ou au commerce entre 1727 et 1738 sont le plus souvent vides à l’inverse des lignes renseignant les itinéraires des matelots et officiers du quartier de Rochefort, plus généreusement apostillées.

Le contraste des apostilles à de quoi décevoir l’historien qui pensait trouver la trace d’une cohorte un peu plus étoffée à bord des vaisseaux du roi armés à l’arsenal dans la continuité de l’effectif livré par les rôles des navires rochelais durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Les matelots du quartier maritime de Saintes apparaissent fort peu sollicités pour le service des vaisseaux du roi et ne demandent aucun permis pour embarquer au commerce à La Rochelle ou Bordeaux ! Ces dynamiques sont surtout l’apanage des gens de mer du quartier de Rochefort ! Pourtant prêter attention au contenu des rares occurrences de la plume du commissaire concernant les immatriculés du quartier de Saintes permet d’envisager l’apprivoisement de la mer par les matelots du fleuve sous la supervision des agents de la Marine qui les lèvent. En 1728, Pierre Mirambeau, 22 ans, de Cognac, est ainsi levé comme matelot-gardien de l’arsenal pour deux mois. En 1733, il renoue avec cette fonction pour la même durée[6]. François Rateau, 24 ans en 1727, garçon, a quant à lui déjà fait 3 voyages au long cours vers l’Amérique. Son profil est fort rare en amont de Saintes. Il est commandé pour le port en décembre 1727 et est congédié en mars 1728[7]. Sur les 70 matelots cognaçais, ils sont 19 à avoir été levés comme matelot-gardien. En amont, seuls Mathurin Dognon[8] et Pierre Lafoêtée[9] d’Angeac-Charente, ont été mobilisés pour cette fonction.  Angoulême n’en compte aucun[10]. La levée pour le service de gardien du port s’entend alors comme un service d’apprentissage de la mer, un moyen de lier les navigants du fleuve à l’horizon professionnel maritime, en commençant par la pratique du port et du littoral avant de pouvoir envisager l’embarquement pour un long cours. Dans ce cadre, la matricule des gens de mer de la rivière de Charente s’appréhende comme un registre indicateur du territoire imprégné par l’onde professionnelle maritime dans la première moitié du XVIIIe siècle. Le contraste de l’engagement professionnel maritime décrit, entre la matricule de 1727 et celle de 1784, conservée pour le quartier d’Angoulême, met en évidence après le temps d’un apprivoisement de la mer, la diffusion et la régularité d’une pratique de navigation océane au long cours, au roi ou au commerce, des matelots de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois.

Jean-Christophe Temdaoui

Université de Poitiers, CRIHAM.


[1] SAUZEAU Thierry, Les Marins de la Seudre, du sel charentais au sucre antillais (XVIIIe-XIXe siècle), La Crèche, Geste éditions, 2005 ; CABANTOUS Alain, Dix milles marins face à l’océan. Les populations maritimes de Dunkerque au Havre aux XVIIe et XVIIIe siècles (vers 1660-1794). Etude sociale, Paris, Publisud, 1991.

[2] AN, Marine, C4 219, Classes, Matricule des gens de mer du département de la rivière de Charente, Fouras, Jean Guilloteau, 1727-1738, f° 271 n° 45.

[3] Ibid., Cognac, François Babin, f° 99, n° 26.

[4] À titre d’exemple, les rôles d’équipage (d’armement ou désarmement) du port-arsenal de Rochefort forment une série quasi-continue à partir de 1753. Voir AN, Marine, C6 1052 à 1095, Rôles d’équipage, Rochefort, 1753-1789.

[5] AN, Marine, C4 220, Recensement des gens de mer de la rivière de Charente, 1727-1728.

[6] AN, Marine, C4 219, Classes, Matricule des gens de mer du département de la rivière de Charente, Cognac, Pierre Mirambeau, 1727-1738, f°102, n° 45.

[7] Ibid., Cognac, François Rateau, f°102, n° 47.

[8] Ibid., Angeac-Charente, Mathurin Dognon, f° 157, n° 14.

[9] Ibid., Angeac-Charente, Pierre Lafoëté, f° 157, n° 15.

[10] Ibid., Angoulême, f° 163 à 170.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.