Les quais de Brazza, la trace d’un passé colonial dans la ville bordelaise

Les quais de Brazza à Bordeaux

Bordeaux, une ville au passé colonial

Bordeaux est une cité portuaire au grand passé historique, qui s’est épanouie au fil des siècles grâce à son commerce. Ce dernier a su gagner les mers grâce à la position géographique avantageuse de la cité bordelaise, port d’entrée de l’Europe se situant face au continent américain. Ainsi Bordeaux s’est-elle notamment appuyée sur ce commerce maritime qui a su lui apporter une grande prospérité économique. Ce passé commercial est également un passé colonial, puisque ce commerce s’est principalement développé au sein des colonies françaises. Il n’est donc pas difficile de trouver de nos jours des traces de ce passé commercial et colonial. L’exemple des « quais de Brazza » en est la parfaite illustration.

Pierre Savorgnan de Brazza

L’appellation « quai de Brazza » est une référence au célèbre explorateur du XIXe siècle, Pierre Savorgnan de Brazza. D’origine italienne, il consacre sa vie au service de la France, et plus particulièrement à ses intérêts coloniaux. En effet, en tant qu’explorateur, il constitue un maillon essentiel dans le processus de colonisation et de conquête des pays d’outre-mer. Brazza est, par ailleurs, la figure rivale de Stanley, explorateur lui aussi, sous les ordres de la Grande-Bretagne, principale concurrente de la France dans cette « course au clocher ».

La fin du XIXe siècle, l’apogée du colonialisme

La fin du XIXe siècle marque l’apogée de la conquête coloniale, notamment à la suite de la conférence de Berlin de 1884-1885 : les pays colonisateurs tentent de dominer le moindre territoire encore inoccupé, quitte à le délaisser parfois. Ce phénomène s’inscrit dans une logique d’impérialisme, qui se développe fortement à cette période, alors qu’une nouvelle grande puissance émerge, les États-Unis, redistribuant les cartes des puissances dominantes. Cette période est également marquée par une dualité au sein de la mise en place des politiques économiques. En effet, dès les années 1860, le libre-échange s’impose en France, notamment grâce au traité Cobden-Chevalier, signé avec la Grande-Bretagne. Toutefois, un revirement se produit dans les années 1880 et vient compromettre cette nouvelle politique économique. Le monde se trouve soumis à des difficultés économiques qui poussent chaque pays à se tourner vers le protectionnisme, opposé à la doctrine du libre-échange. La France n’est pas épargnée par ce phénomène, comme en témoigne l’établissement des tarifs Méline en 1892.

Bordeaux est très largement marquée par cette période; elle y trouve des intérêts pour son commerce et sa prospérité. Des groupes et sociétés naissent dès la deuxième partie du XIXe siècle. A la Chambre de Commerce, créée en 1705, qui veille sur l’avenir économique de Bordeaux, s’ajoute la Société de Géographie Commerciale de Bordeaux créée en 1874 qui propose une géographie au service du commerce français. Ces organismes se constituent en tant que soutiens intellectuels, mais aussi parfois financiers auprès de certains explorateurs.

Développement d’une nouvelle science, la géographie

Cette géographie du commerce, ou géographie coloniale, apparaît dès la fin du XIXe siècle au moment même où l’impérialisme est à son paroxysme. Pour coloniser, il faut explorer, découvrir et connaître le territoire en question. C’est là qu’interviennent deux éléments, la géographie et l’explorateur. L’un représente le savoir, l’autre le moyen par lequel les connaissances sont établies. L’explorateur est celui qui va permettre l’étude géographique des territoires afin de faciliter la colonisation. Dans ces savoirs géographiques, on retrouve notamment l’étude topographique du territoire, son hydrographie, sa climatologie et tout autre élément contribuant à la connaissance de ce dernier.

Brazza, un personnage historique

Ainsi les « quais de Brazza » marquent l’importance donnée à ce personnage. Cet hommage lui est rendu car il fait figure de héros national à la fin du XIXe siècle. Il gagne cette réputation grâce à ses actions entreprises en faveur de la France. Sa notoriété est telle que son nom est donné à celui d’une ville: Brazzaville, située au Congo, ancien poste créé par Brazza. Elle est aujourd’hui la capitale politique et administrative de la République du Congo et a également été, par le passé, la capitale de la France libre de 1940 à 1942. Brazza est donc un grand personnage dans l’histoire coloniale française. Il est suivi dans ses aventures par la Chambre de Commerce et la Société de Géographie Commerciale de Bordeaux.

Explorateurs et géographie mis au service des intérêts coloniaux

La cité bordelaise s’est donc impliquée dans les missions d’exploration, toujours dans l’optique d’y trouver des intérêts économiques. Cela s’inscrit dans la volonté exprimée par le milieu négociant. En effet, nombreuses sont les maisons qui cherchent à se développer à l’étranger. On peut bien sûr citer Denis Frères, installée en Cochinchine, ou encore Maurel Frères qui domine le marché sénégalais. Bordeaux est donc très nettement marquée par l’influence de ces maisons de commerce. Ces négociants bordelais sont très actifs à la Chambre de Commerce ou encore à la Société de Géographie Commerciale afin de jouer un rôle clé dans les décisions prises par ces organismes concernant l’avenir économique de Bordeaux et de leurs maisons.

Avec les missions menées par les explorateurs comme Brazza, la fin du XIXe siècle devient la période où le colonialisme est à son apogée, devenant une aubaine pour le commerce maritime. Ainsi Bordeaux est une cité portuaire au riche passé commercial et colonial, qui a investi dans les missions d’exploration afin d’accroître son commerce maritime et d’enrichir ses maisons de négoce. Le « quai de Brazza » rend hommage à l’explorateur qui a contribué à l’établissement de la puissance coloniale française et à ses intérêts commerciaux. Ces missions ont mis la géographie au service de l’État à travers les missions de ces explorateurs.

Fonds d’archives : Archives Bordeaux Métropole – Archives privées – Fonds de la Société de Géographie Commerciale de Bordeaux de 1874 à 1877

Pour aller plus loin:

Berdoulay Vincent, La formation de l’école française de géographie, 1870-1914, Paris, CTHS, 2008.
Bruneau Michel et Dory Daniel (dir.), Géographies des Colonisations, XVe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1994.
Butel Paul (dir.), Histoire de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux, 1705-1985, Bordeaux, Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux, 1988.
Champion Jean-Marcel, « Brazza Pierre Savorgnan De (1852-1905) », Encyclopeadia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019.
URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brazza-pierre-savorgnan-de/
Lejeune Dominique, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

L’auteure:
Lisa Bordier est étudiante à l’Université Bordeaux Montaigne, où elle suit un master recherche en Histoire des Mondes Modernes et Contemporains, au sein du parcours « Développement Innovation et Environnement » sous la direction de Christophe Bouneau. Son mémoire, effectué sous la direction de Christophe Lastécouères, traite de la Société de Géographie Commerciale de Bordeaux de 1874 à la veille de la Première Guerre Mondiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.