De la sonde à la carte

Dans le cadre de l’axe Innovation maritime, NAOM a soutenu le travail d’Helen Mair Rawsthorne, qui a réalisé un mémoire de recherche de Master 2 intitulé « De la sonde à la carte. Une campagne hydrographique au XVIIIe siècle dans le golfe de Gascogne : analyse historique et traitement des données obtenues ». Aujourd’hui, elle poursuit ses travaux dans le cadre d’une thèse en Informatique, pour laquelle elle a obtenu un contrat de recherches avec l’Institut géographique national (IGN), le Service hydrographique et océanographique de la Marine et l’Université Gustave Eiffel.
Voici un résumé de son mémoire

En 1750 et 1751, une campagne hydrographique est réalisée dans le golfe de Gascogne à la demande du Secrétaire d’État de la Marine et du Dépôt des cartes et plans de la Marine, l’ancêtre du Shom. Menée par le capitaine vaisseau et seigneur de Perrigny (1720-1757), cette campagne a pour but de vérifier et de corriger des cartes marines déjà publiées des côtes occidentales de France. Pendant la mission, plus de 350 sondes à plomb suiffé sont relevées dans le golfe de Gascogne afin de mesurer la profondeur de l’eau et pour lever des échantillons du fond marin à différents points.
Les archives provenant de cette campagne sont aujourd’hui conservées aux Archives nationales dans la sous-série Marine 3JJ, « Observations scientifiques et géographiques », et à la Bibliothèque nationale de France au département Cartes et plans. Trois types d’archives font état de cette campagne : la correspondance envoyée à bord du navire pendant la campagne par Perrigny et d’autres membres de l’équipage, dont l’ingénieur de la marine Michel Alexandre Magin (1713-1787), des supports cartographiques créés pendant et après la campagne par Perrigny, Magin et d’autres personnels au Dépôt et des recueils de sondes rédigés au fur et mesure au bord du navire par Perrigny.

Il a donc été fait le choix de proposer une double analyse. L’une porte sur le caractère historique d’une telle campagne, au regard notamment de la chaîne de production des savoirs au XVIIIe siècle, mettant ainsi en lumière l’émergence d’un besoin lié à la navigation, la prise de décision pour satisfaire ce besoin, la production de données et leur validation puis leur utilisation. L’autre se penche sur les données bathymétriques et sédimentaires brutes récoltées pendant la mission. Les outils dans le traitement des données et la cartographie numérique permettent de mettre en scène la campagne et l’ensemble des résultats recueillis.

Cette étude vise alors à produire une méthodologie efficace dans le traitement et l’analyse de ce type de données hydrographiques en histoire. La chaîne de traitement des données suit plusieurs étapes : la transcription des documents d’archives puis la récupération des données intéressantes qu’ils renferment, la standardisation de ces mêmes données et les choix inhérents à leur représentation au sein d’une production cartographique numérique. Les données historiques ainsi traitées sont ensuite comparées et analysées par rapport à des données actuelles équivalentes du Shom. La méthodologie développée implique l’utilisation d’outils en humanités numériques, surtout pour la visualisation via la mise en carte des données historiques traitées. Les résultats ainsi obtenus font gagner un siècle à notre connaissance rétrospective des fonds marins.
Retrouvez la méthode mise en œuvre par Helen Mair Rawsthorne sur son blog : missionhydro.hypotheses.org.

Son mémoire complet est consultable ici : dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02966784.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.