Enseigner l’Outre-Mer aux Archives Départementales de la Charente : sur les traces des « Américains » d’Angoumois au XVIIIe siècle

Dans le cadre de l’axe pédagogique inhérent au programme régional de recherche NAOM, en lien avec les programmes d’enseignement scolaire du secondaire[1], le Service éducatif des Archives Départementales de la Charente propose dès la rentrée 2023 un atelier intitulé « Les Josias, des Américains d’Angoumois à Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ». 

BnF, Estampes et Photographies, LC-13-FOL, Feuille d’éventail représentant une allégorie des quatre parties du monde, s.n., 1794-1798.
L’Amérique a droite est représentée sous les traits d’une femme portant une coiffe à plumes, adossée à un palmier, environnée de barriques de cacao, de sucre et de café. Un navire marchand, au large, fait allusion au commerce avec la métropole. Cette feuille d’éventail illustre combien l’artisanat et la culture matérielle métropolitaine intègrent les références ultra-marines dans la production et l’art de vivre au XVIIIe siècle.

L’élaboration de cet atelier s’inscrit dans le cadre des actions de valorisation scientifique et pédagogique du programme NAOM à partir d’archives en lien avec les outre-mer. Et tout particulièrement pour les départements de l’intérieur de la région Nouvelle-Aquitaine (Charente, Creuse, Corrèze, Deux-Sèvres, Dordogne, Haute-Vienne, Lot-et-Garonne, Gers) qui, à la différence des centres d’archives des départements littoraux, ont moins exploité et mis en avant ce pan d’histoire ultra-marine.

Les Archives Départementales de la Charente Maritime proposent en effet aux enseignants deux ateliers sur les outre-mer : la « Nouvelle-France » et « La traite et le commerce triangulaire »[2]. Celles des Landes ont réalisé une exposition itinérante nommée « 1492, images du monde, images de l’autre »[3]. Dans les Pyrénées atlantiques, l’offre d’ateliers éducatifs identifie une thématique « Cours d’eau, océan, commerce » avec 6 ateliers différents dont 3 sont étroitement liés au monde maritime et ultra-marin : « La chasse à la baleine », « Bayonne et la traite négrière atlantique », « Le fleuve Adour au temps des bateaux à voile »[4]. Aux archives départementales de la Gironde, 6 des 8 ateliers consacrés à l’époque moderne centrent l’approche sur le port de commerce esclavagiste, la traite et le commerce triangulaire (les étapes de la capture à l’embarquement, le navire négrier, les révoltes et les résistances), les destinées d’enfants d’esclaves et les transformations de la ville par le commerce atlantique[5].

Dans ce contexte, proposer une activité pédagogique aux Archives départementales de la Charente sur l’Angoumois et l’Outre-Mer s’inscrivait logiquement dans une continuité territoriale, d’autant que l’historiographie et la recherche doctorale récentes ont montré combien le fleuve Charente a constitué dès la seconde moitié du XVIIsiècle un axe structurant, stratégique qui a projeté une vallée fluviale, un arrière-pays et ses sociétés, dans le prolongement de l’espace littoral de la poussière portuaire de Saintonge  et l’estuaire de la Charente, vers la mer, les océans et les outre-mer à l’époque moderne et contemporaine sous l’impulsion de l’arsenal de Rochefort et ports atlantiques environnants, La Rochelle, Bordeaux, Nantes[6]. Parallèlement, les travaux sur les traites, l’esclavage et les présences noires ont contribué à étendre les champs d’investigation sur le rôle du Sud-Ouest aquitains tant littoral qu’intérieur dans les dynamiques du fait esclavagiste[7].

Identifier les traces d’une relation entre l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois et l’Outre-Mer induit cependant une contrainte pour un dépôt d’archives des départements intérieurs de la région Nouvelle-Aquitaine : une moindre évidence de la documentation d’archives classique pour étudier ces relations (tableau de traite, registres de comptes, correspondances négociantes, documents d’amirauté, rôles d’équipages, fonds privés de négociants atlantisés, fonds de plantation…). Aussi faut-il composer avec une documentation plus aride, juridique et notariale, pour mettre en évidence la connexion entre l’arrière-pays et les colonies antillaise. Ainsi, testaments, procurations, inventaires constituent les principales entrées pour documenter une trajectoire entre une terre intérieure et un outre-mer antillais ou indien. Quelques registres paroissiaux mentionnent des baptêmes d’esclaves comme celui de Boutiers-Saint-Trojan entre 1756 et 1762, tandis que de rares affranchissements d’esclaves sont rédigés également par les notaires royaux, notamment dans le Cognaçais, comme l’acte de liberté de l’esclave Raismond en 1763. C’est ainsi que le cas de la famille Josias, originaire de l’Angoumois, a pu servir d’exemples pour constituer un dossier documentaire sur une trajectoire familiale entre métropole et colonies antillaises dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

L’atelier « Les Josias, des Américains d’Angoumois à Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle » a donc été réalisé par Jean-Christophe Temdaoui, en étroite collaboration avec Murielle Mallah et Albert Perles, binôme formant l’équipe du Service éducatif des Archives Départementales de la Charente. Il est constitué à partir de trois documents clefs : le second testament de Jacques Josias[8] recemment rentré de Saint-Domingue rédigé en août 1788, l’inventaire après-décès de l’Américain réalisé en décembre suivant[9], et une procuration contenant un état de plantation caféière et une liste des esclaves de la plantation familiale de 1793 déposé chez un notaire cognaçais en 1810[10]. L’intérêt du groupe documentaire est d’être contextualisé sur la fin de la période coloniale de Saint-Domingue, permettant alors d’étudier les conséquences du retour familial avant la révolution française et les effets de la révolution de Saint-Domingue à partir d’août 1791. Le contenu de ces trois documents, corrélés à d’autres sources (certificats de catholicité de l’amirauté de Guyenne, rôles d’équipage du port de Bordeaux et de La Rochelle, indemnité de Saint-Domingue), rend possible la restitution d’une trajectoire familiale au temps du développement de la culture caféière à Saint-Domingue. Assortis de documents complémentaires conservés aux Archives départementales de la Charente, deux cartes (la première de l’Amérique, la seconde de l’Afrique) d’un atlas royal du XVIIIe siècle[11] et de deux extraits du Moniteur universel[12] relatant l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue, cet ensemble documentaire permet de construire un atelier éducatif en lien avec les programmes scolaires d’histoire du collège pour le niveau Quatrième et d’EMC parallèlement à un contexte mémoriel départementale en construction, avec la mise en œuvre en Charente de la commémoration de l’abolition des traites et de l’esclavage du 10 mai depuis 2018 dans la cour de l’hôtel de ville d’Angoulême.

L’activité distingue une entrée sur la précocité du rapport entre l’Angoumois et l’outre-mer dès la première moitié du XVIe siècle, une introduction contextualisante sur Saint-Domingue, quatre ateliers, et une conclusion sous la forme d’un schéma de synthèse.

Entrée thématique. A partir de l’exploitation de l’iconographie de l’ouvrage imprimé Vies et Portraits des Hommes Illustres d’André Thévet (1584)[13], conservé aux Archives départementales de la Charente et récemment restauré, l’origine du lien entre l’Angoumois et l’Outre-Mer est situé dans le temps à travers la figure de cet explorateur d’Angoumois, auteur d’une cosmographie qui dépeint le territoire et le monde amérindien brésilien.

Introduction. Une introduction avec chronologie permet de contextualiser les explorations antillaises, l’affirmation du pouvoir royal et l’établissement d’une société coloniale fondée sur la traite et l’esclavage à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. La contribution migratoire de l’Angoumois est brièvement présentée. Ce panorama sert de trame au développement de la biographie familiale et de l’itinéraire transatlantique de la famille angoumoisine des Josias.

Arch. dép. de la Charente, n. c., arte de l’Amérique dressée pour l’usage du roi par Guillaume Delisle, Premier géographe de Sa Majesté, de l’Académie Royale des Sciences, 1722, f°76.
Arch. dép. de la Charente, n. c., Carte de l’Amérique dressée pour l’usage du roi par Guillaume Delisle, Premier géographe de Sa Majesté, de l’Académie Royale des Sciences, 1722, f°76.

Une première activité collective conduit les élèves à interroger le contexte de bouleversements de la fin du XVIIIe siècle à Saint-Domingue à partir d’une confrontation entre une carte de l’Amérique et deux extraits du Moniteur Universel d’octobre et novembre 1791. Il s’agit ainsi de décrire le contexte de l’insurrection des esclaves et ses conséquences ainsi que la réaction du pouvoir et des grands propriétaires de plantations en métropole. Les élèves sont ainsi sensibilisés à la chronologie de la circulation de l’information entre Saint-Domingue et la métropole française ainsi qu’à la manière dont la révolution est perçue, décrite et entourée d’un flou destiné à ne pas inquiéter la population métropolitaine. Après avoir établi le contexte de la fin du XVIIIe siècle, les élèves, répartis en îlots de travail, analysent un document pour reconstituer la trajectoire familiale d’américanisation des Josias entre les deux rives.

Arch. dép. de la Charente, 2K4, Gazette nationale ou Moniteur Universel, n°304, 31 octobre 1791.
Arch. dép. de la Charente, 2K4, Gazette nationale ou Moniteur Universel, n°304, 31 octobre 1791.

Activité 1. Un premier groupe travaille sur le testament de Jacques Josias rédigé devant un notaire de Jarnac en août 1788 peu de temps après son retour en France par le port de Bordeaux. Le questionnement permet de reconstituer la famille et les bénéficiaires de parts d’héritage. Cette famille atlantisée présente des particularités puisque l’héritage bénéficie certes à des enfants légitimes mais aussi à une descendance illégitime, notamment des mulâtres et un quarteron. L’activité permet ainsi d’envisager l’éclatement de la famille entre les deux rives, l’achat d’une propriété au retour et les relations d’une fratrie étroitement liée au monde de la marchandise de la vallée de la Charente à l’époque moderne et d’entendre ainsi que les Antilles ont été un espace de projection pour les sociétés fluviales d’arrière-pays.

Arch. dép. de la Charente, 2 E 21675, Testament de Jacques Josias, août 1788.
Arch. dép. de la Charente, 2 E 21675, Testament de Jacques Josias, août 1788.

Activité 2. Le second groupe étudie l’inventaire après décès de Jacques Josias. En revenant de Saint-Domingue, Jacques Josias s’établit en Cognaçais et acquiert le domaine dit de Bois Clair, une petite gentilhommière d’où, entouré de partie de sa famille, il gère ses affaires et entretient sa correspondance avec l’Arcahaye. Il est considéré comme un Américain, comme en témoigne ce qualificatif employé par le notaire dans l’acte d’achat du domaine angoumoisin. L’activité consiste ici à identifier les éléments d’un mode de vie teinté d’exotisme en repérant notamment les produits ultra-marins de la demeure (denrées, étoffes…), à corréler l’achat de la demeure à l’enrichissement lié à la culture du café outre-mer et aux appuis relationnels dans le monde négociant, enfin à reconstituer à partir de l’inventaire des papiers, le réseau nécessaire à l’ancrage dans la société de Saint-Domingue pour acheter une propriété de plantation, acquérir des esclaves, obtenir un magasin sur le port de Saint-Marc, nouer des relations avec des négociants.

Activité 3. Le troisième groupe confronte un plan à compléter avec un état de la plantation Josias contenu dans une procuration de 1793 à l’occasion d’une remise de propriété à la famille. Après avoir lu l’état de la plantation et répondu à quelques questions sur les effets de l’insurrection sur la plantation, le groupe doit compléter un plan d’habitation pour identifier les différents espaces clefs et leurs fonctions ainsi que les travaux d’exploitation des esclaves. Pour aller plus loin, un petit exercice de calcul permet d’estimer la production en café et la superficie de la plantation.

Activité 4. Le quatrième groupe analyse la liste des esclaves contenues dans la procuration de 1793. Avec 60 à 70 esclaves, la plantation Josias à un groupe d’esclaves inférieur à la moyenne des plantations Saint-Domingue. L’enjeu de cette activité est triple : décrire les origines africaines ou domingoises des esclaves, expliquer la valeur tarifée qui est attribuée à chaque esclave en fonction notamment de son âge ou de son rôle sur la plantation, identifier les raisons du marronnage de ceux qui ont fui la plantation depuis l’été 1791.

Arch. dép. de la Charente, 2E 10954, extrait de la liste es esclaves de la plantation Josias à l'Arcahaye, arrondissement Ouest de Saint-Domingue, 1793.
Arch. dép. de la Charente, 2E 10954, extrait de la liste es esclaves de la plantation Josias à l’Arcahaye, arrondissement Ouest de Saint-Domingue, 1793.

Conclusion. L’atelier éducatif s’achève par une conclusion en forme de schéma de synthèse où chaque groupe fait part des apports de son atelier devant l’ensemble de la classe. Le schéma de synthèse figure sur un fond cartographique atlantique l’itinéraire de la famille Josias et le commerce circuiteux pour mieux mettre en perspective la manière dont la famille se lie avec la traite et l’esclavage sans nécessairement contribuer à un armement négrier dans un port atlantique. Cette mise en perspective présente l’atout de décrire la liaison et la participation plus ou moins directe des familles d’arrière-pays aux dynamiques de la traite et de l’esclavage atlantique (par l’achat d’esclaves à Saint-Domingue, par la pratique de l’exploitation sur la plantation caféière, par la consommation de produits ultra-marins en métropole, par les liens tissés avec les négociants des ports atlantiques).

 

Extrait du programme du Cycle 4[14]

Histoire-Géographie – Niveau 4ème

Repères annuels de programmation Démarches et contenus d’enseignement
Thème 1 : Le XVIIIe siècle. Expansions, Lumières et révolutions.  

Chapitre 1. Bourgeoisies marchandes, négoces internationaux, traites négrières et esclavage au XVIIIe siècle.
La classe de 4ème doit permettre de présenter aux élèves les bases de connaissances nécessaires à la compréhension de changements politiques, sociaux économiques et culturels majeurs qu’ont connus l’Europe et la France, de la mort de Louis XIV à l’installation de la Troisième République. Il s’agit notamment d’identifier les acteurs principaux de ces changements, sans réduire cette analyse aux seuls personnages politiques. L’étude des échanges liés au développement de l’économie de plantation dans les colonies amène à interroger l’enrichissement de la façade atlantique, le développement de la traite atlantique en lien avec les traites négrières en Afrique et l’essor de l’esclavage dans les colonies.
  Source : B.O. Spécial n°11, 26 novembre 2015.

L’exemple de la famille Josias livre ainsi l’étude de cas d’une trajectoire familiale en phase avec les objets d’étude du programme de Quatrième du collège sur les bourgeoisies marchandes, les négoces internationaux et les traites négrières. L’atelier peut ainsi être réalisé en activité principale pour s’articuler ensuite avec une mise en perspective en classe ou bien après une présentation générale comme un exemple singulier et localisé lié au département où se trouve l’établissement scolaire.

Jean-Christophe Temdaoui

Professeur d’histoire-géographie, Lycée Charles-Augustin Coulomb (Angoulême, Charente)

Service éducatif des Archives départementales de la Charente


[1] IGESR, DGESCO, « La place de l’esclavage, ses formes et ses mémoires dans les programmes scolaires » [en ligne]. URL : https://eduscol.education.fr/document/4991/download (consulté le 15 juin 2023) ;

[2] « Les ressources pédagogiques », Archives départementales de la Charente Maritime [en ligne]. URL : https://archives.charente-maritime.fr/vous-etes-enseignants/decouvrir-lhistoire-autrement (consulté le 15 juin 2023).

[3] « 1492, images du monde, images de l’autre », Archives départementales des Landes [en ligne]. URL https://archives.landes.fr/service-educatif/expositions-itinerantes/1492–images-du-monde-image-de-lautre (consulté le 15 juin 2023).

[4] Les ateliers pédagogiques proposés aux archives départementales des Pyrénées Atlantiques, site de Bayonne [en ligne]. URL : http://archives.le64.fr/fileadmin/mediatheque-satellite/archives/documents/2_Decouvrir/Offre_educ_Bayonne_2023-2024.pdf (consulté le 15 juin 2023).

[5] « Ateliers pédagogiques », Archives départementales de la Gironde [en ligne]. URL : https://archives.gironde.fr/n/ateliers-pedagogiques/n:152 (consulté le 15 juin 2023).

[6] Mariet V., De l’Atlantique aux mers de Chine : Rochefort port impérial au XIXe siècle (1793-1913), Thèse de doctorat réalisé sous la direction de Bruno Marnot, La Rochelle Université, 2022 ; Le Mao C., Steimer C (dir.)., Le Sud-Ouest aquitain et l’outre-mer, Bordeaux, FHSO, 2022 ; Le Mao C., Fournisseurs de marine. Les fournisseurs de la Marine française au temps de la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697), La Crèche, La Geste, 2021 ; Temdaoui J.C., Du Fleuve à l’Océan : l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois, une expérience atlantique (1666-1792), Thèse de doctorat réalisée sous la direction de Thierry Sauzeau, Université de Poitiers, 2020 ; Sauzeau Thierry, « Rochefort et les Amériques (XVIIe-XVIIIe siècle), Ecrits d’Ouest, 24, 2016, p. 17-65 ; Martin S., Rochefort, arsenal des colonies, Rennes, PUR, 2015 ; Augeron M., Duplessis, R. (dir.), Fleuves, rivières et colonies. La France et ses empires (XVIIe-XXe siècle), Paris, Les Indes savantes, 2010 ; Acerra M., Rochefort et la construction navale française, 1661-1815, Paris, Librairie de l’Inde, 2000.

[7] Le Mao C. (et alii.), Mémoire noire. Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne, Bordeaux, Mollat, 2020 ; Duprat J. (dir.), Les minorités noires en France, Lumières, 35, 2020 ; Augeron M. Caudron O. (dir.), La Rochelle, l’Aunis et la Saintonge face à l’esclavage, Paris, Les Indes Savantes, 2012.

[8] ADC, 2 E 21 675, Notariat, Testament de Jacques Josias, 28 août 1788.

[9]  ADC, 2E 21 881, Notariat, Inventaire après décès des meubles et effets de Jacques Josias au domaine de Bois Clair, 4-5 décembre 1788.

[10] ADC, 2 E 10954, Notariat, Inventaire de la plantation Josias, 15 novembre 1810.

[11] ADC, n.c., Carte de l’Amérique dressée pour l’usage du roi par Guillaume Delisle, Premier géographe de Sa Majesté, de l’Académie Royale des Sciences, 1722, f°76 ;

[12] ADC, 2K 4, Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel, n°301, 28 octobre 1791 ; Ibid., n°308, 4 novembre 1791.

[13] ADC, Les vrais pourtraits et vies des hommes illustres grecz, latins et payens, 1584.

[14] Programme d’enseignement du cycle des approfondissements (Cycle 4), B.O. Spécial n°11, 26 novembre 2015 [en ligne]. URL : https://cache.media.education.gouv.fr/file/MEN_SPE_11/76/0/Programme_cycle_4_pour_B.O._1424760.pdf (consulté le 15 juin 2023).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Christophe TEMDAOUI (15 juin 2023). Enseigner l’Outre-Mer aux Archives Départementales de la Charente : sur les traces des « Américains » d’Angoumois au XVIIIe siècle. NAOM. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rqz5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.