La traite bayonnaise au XVIIIe siècle

La traite bayonnaise au XVIIIè siècle instructions, journal de b

Jacques de Cauna et Marion Graff, La traite bayonnaise au XVIIIe siècle. Instructions, journal de bord, projets d’armement, Paris, CAIRN, 2017.

Quelle place a occupé Bayonne, « porte d’Espagne », dans « l’infâme commerce » (le mot est de Condorcet) du bois d’ébène ? Le sujet n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie et il est rarement évoqué dans l’histoire locale. Il est vrai que bien loin de Nantes, le grand port négrier français, ou même des ports de second ou de troisième ordre, Bayonne, n’a été qu’un « gagne-petit » de la traite, alors même que ses passagers et ses produits se taillaient une place respectable dans le nouvel Eldorado
des îles à sucre.
À partir de quelques-unes des rares archives subsistantes dans les dépôts locaux, cet ouvrage présente pour la première fois le Journal de bord d’un négrier bayonnais, accompagné de précieuses pièces inédites décrivant les opérations de traite et leur préparation, en les replaçant dans le contexte plus large des relations de la ville avec les autres ports, l’Afrique et les Antilles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.