La plume du notaire, les traces d’une fratrie atlantique

La richesse des actes notariés n’est plus à démontrer mais on peut souligner leur intérêt dans la recherche des traces d’une relation à la mer, aux océans et aux outre-mer, des sociétés d’arrière-pays, comme celles de la Saintonge intérieure, de l’Angoumois ou du Limousin, pour reconstituer une population qui ne se laisse qu’entrevoir par des fragments d’archives portuaires ou coloniales.

Capitaux pour décrire et expliquer l’étendue de la culture matérielle à l’époque moderne, les inventaires après décès comportent un préambule protocolaire livrant parfois des configurations familiales transatlantiques à l’image de celui de la communauté de Jeanne Leblanc, veuve de Pierre de Chancel, conseiller secrétaire du roi en la chambre et chancellerie du Parlement de Douai entre 1780 et 1787, conseiller du corps municipal d’Angoulême, procureur du roi en la juridiction des marques de fer dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Cette documentation nourrit le projet d’une reconstitution des familles en lien avec les outre-mer.

Pierre de Chancel, écuyer, seigneur du Breuil, né en 1724, est le fils de Pierre Chancel, sieur de Gaillardas, à proximité de Mareuil, en Périgord. Il demeurait paroisse Saint-André à Angoulême avec son épouse, fille de Laurent Leblanc, premier chirurgien du roi en la province d’Angoumois, Mariés à Éraville, un village du voisinage de la petite ville fluviale de Châteauneuf-sur-Charente, il est propriétaire d’un hôtel particulier et d’une borderie à Chazelles en Angoumois. Pierre de Chancel est exemplaire du mode de vie d’une petite noblesse de robe d’Angoumois, gravitant autour de la cour de justice d’Angoulême.

À la mort de Pierre de Chancel, huit enfants sont héritiers aux côtés de l’épouse. Parmi eux, trois frères, sont engagés dans la voie maritime et ultra-marine. Laurent Charles de Chancel est procureur général de Sa Majesté en la commission royale établie à l’île de Tobago. Jean Hector de Chancel est quant à lui capitaine d’infanterie, aide maréchal des logis de l’armée du roi. Pierre de Chancel fait profession d’avocat en Parlement. La première Marguerite Jeanne a été mariée avec un avocat en la cour de la sénéchaussée et présidial d’Angoumois, Pierre Mallet et la seconde est religieuse novice au couvent des dames de l’Union Chrétienne de Poitiers. Laurent Charles Prosper de Chancel réside quant à lui à la Martinique, à Fort Royal où il est employé d’administration. Marguerite Jeanne Rosalie est mineure tandis que le cadet, Pierre de Chancel, suit des études à Paris au corps des ingénieurs constructeurs de la Marine.

La famille De Chancel – Le Blanc apparaît comme une famille entre terre et mer, entre cours de justice métropolitaines et administration coloniale ultra-marine. Elle atteste de la présence de familles atlantisées dans l’arrière-pays et invite à réfléchir aux itinéraires qui lient les sociétés entre les deux rives.

J.-C. Temdaoui
Université de Poitiers, CRIHAM

Vous souhaitez l’exploiter ? Retrouver ici le document

Source : AD Charente, 2E 6465, Etude Lescallier, 19 mai 1787, inventaire après décès de la communauté de Pierre de Chancel et de Jeanne Leblanc, veuve.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.