A La Rochelle, le Musée du Nouveau Monde relate l’histoire négrière de la ville

Créé en 1982, le musée du Nouveau Monde illustre les relations qu’entretint la France, et en particulier La Rochelle, avec les Amériques depuis le XVIe siècle. Situées dans un bel hôtel particulier construit au XVIIIe siècle par Regnault de Beaulieu et agrandi vers 1775 par Aimé-Benjamin Fleuriau, les collections se déploient dans de magnifiques espaces rocaille et néo-classique.

Un grand tableau du port de La Rochelle d’après Joseph Vernet, des gravures, des cartes anciennes évoquent les relations maritimes et les échanges commerciaux qui se sont développés dès la découverte du Brésil, des Antilles et de la Nouvelle-France. Un ensemble de mobilier et d’objets d’art présenté dans les salons historiques rappelle le monde des armateurs et leur richesse. Tapisserie, tableaux et sculptures parlent de l’Amérique vue à travers l’imaginaire des artistes et des littérateurs dès le début du XVIIe siècle et jusqu’à Châteaubriant et Atala.

Plusieurs salles insistent sur l’histoire et les populations du Canada ou Nouvelle-France, de la fondation de Québec en 1608 par le Saintongeais Samuel Champlain jusqu’au traité de Paris de 1763, qui abandonne ce territoire aux Anglais.

Autour des exceptionnels portraits photographiques des Indiens des plaines d’Edward Curtis, quelques objets ethnographiques parlent du commerce des fourrures et des échanges entre trappeurs, commerçants et Indiens ou évoquent les tribus autochtones.

Une part importante des collections est consacrée aux Antilles, parmi lesquelles se distingue Saint-Domingue où les Rochelais possédaient de nombreuses plantations. L’évocation de la culture de la canne à sucre, du tabac et de l’indigo ne peut y faire abstraction de la main d’œuvre noire qui y fut employée. La traite négrière fait donc l’objet d’une présentation particulière ainsi que l’abolition de l’esclavage.

L’Amérique du Sud est peu illustrée sinon par le spectaculaire tableau de José Conrado Roza, La Mascarade nuptiale, portrait des nains brésiliens de la cour du roi du Portugal et par quelques scènes représentant des « sauvages » de Guyane.

Pour plus d’informations: https://www.larochelle.fr/culture-sports-et-loisirs/musees-de-la-rochelle/musee-du-nouveau-monde.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.