Ousmane Sow sculpte Toussaint Louverture pour le Musée du Nouveau Monde

Ousmane Sow sculpte depuis l’enfance mais c’est seulement à l’âge de cinquante ans qu’il décide de se consacrer entièrement à cet art. Révélé en 1987 au Centre culturel français de Dakar, où il présente sa première série sur les lutteurs Nouba, l’artiste expose six ans plus tard, en 1993, à la Dokumenta de Kassel en Allemagne puis, en 1995, au Palazzo Grassi, à l’occasion du centenaire de la Biennale de Venise. Son exposition sur le Pont des Arts au printemps 1999 attire plus de trois millions de visiteurs.

O. Sow avait réalisé, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution, une statue en terre intitulée Toussaint Louverture et la vieille esclave que la Ville de La Rochelle avait cherché à acquérir en vente publique en 2009 pour le musée du Nouveau Monde mais en vain (c’est le Smithsonian museum qui l’a emporté). En effet Toussaint Louverture, cette grande figure de la lutte de l’indépendance de Saint-Domingue, outre son indéniable valeur artistique, était à la fois un support pédagogique majeur et un outil mémoriel symbolique qui s’imposait.
Une commande a donc été passée en 2014 à l’artiste qui a repris en partie s’œuvre précédente mais en remplaçant la vieille esclave par ce qui est, sans doute, le projet de constitution pour Haïti.

Inaugurée le 25 mai 2015 dans la cour du Nouveau Monde, la statue en bronze à patine polychrome attire le regard du passant et l’accueille au seuil de cet hôtel particulier dans lequel est logé le musée et qui fut celui d’un grand planteur rochelais enrichi par la culture de la canne à sucre à Saint-Domingue.

La Rochelle, musée du Nouveau Monde
Ousmane Sow
(Dakar, 1935- id., 2017)
Toussaint Louverture
Bronze patiné, H.266 cm
2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.