L’arme d’apparat de Mafouque Andris Poucouta Macaye

Le vendredi 5 juin 2015, le musée du Nouveau Monde de La Rochelle a eu la chance de pouvoir acquérir lors d’une vente aux enchères une pièce d’orfèvrerie étonnante et riche d’histoire. Il s’agit d’une « arme d’apparat », en argent massif, ayant appartenu à « Mafouque Andris Poucouta Macaye ». La présence de plusieurs poinçons permet d’attribuer à La Rochelle l’origine de cette pièce : le H couronné identifie cette juridiction. Un autre H couronné, de jurande, est supporté par une lettre date : un R datant la fabrication entre février 1775 et février 1777. Enfin, le poinçon de décharge à l’écureuil confirme ce créneau chronologique entre 1775 et 1781. Malheureusement le poinçon de maître reste introuvable.

Dans la partie supérieure, le flan est ajouré d’une croix, surmontée d’un phylactère gravé, contient l’inscription suivante : « ANDRIS MACAYE MAFOUQUE LE JUSTE DE CABINDE ». Premier ministre et courtier royal en relation avec les marchands d’esclaves, c‘est un personnage illustre cité dans Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait dans les années 1786 et 1787 de  Louis de Grandpré qui évoque par ailleurs ses grandes richesses.

Dans ces années 1775-1785, immédiatement après l’interruption liée à la guerre d’Indépendance américaine, la traite rochelaise a repris avec vigueur. Une des caractéristiques de ce triste commerce est la rude concurrence entre vaisseaux européens, y compris de même nationalité.

Le capitaine Amable Lesenne du Montyon, bateau rochelais armé par Daniel Garesché, part le 19 juin 1775 pour la « côte d’Angole » et « mouille à la vüe de Cabinde et Malimbe » le 26 août. Là, il est instamment invité par le mafouque Andris à venir traiter à Cabinde, ce dernier lui promettant 200 noirs en trois mois. Lesenne fait affaire et envoie donc son canot à Cabinde, sous les ordres de son officier, qui est alors pris à partie par les capitaines de trois vaisseaux bordelais et havrais ancrés là. Ceux-ci s’emparent du canot et se partagent marchandises et captifs. Cousse se sauve à terre et se réfugie chez Andris.

Cette aventure explique vraisemblablement l’intrigante appellation « juste de Cabinde» puisque, comme le rapporte encore le compte-rendu du capitaine, non seulement le mafouque héberge l’officier mais il l’aide, malgré les intrigues de ses concurrents, à compléter sa cargaison.

Réalisée entre février 1775 et février 1777, l’arme est donc un gage de reconnaissance et de bonnes relations futures, amenée à Cabinda par Lessene dont on sait qu’il repart, le 3 janvier 1777, pour l’Angola.

 

Première pièce d’orfèvrerie rochelaise à entrer en collection, cadeau d’un armateur rochelais pour favoriser la traite sur cette côte où les bateaux rochelais venaient se fournir à la période la plus florissante de ce commerce pour la ville, elle témoigne désormais des échanges avec les rois africains et leurs intermédiaires dans le cadre de ce commerce négrier.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.