DYCOFEL Le socioécosystème des vasières ostréicoles au carrefour des études disciplinaires

Interdépendances Hommes-Nature : analyse DYnamique des changements d’usages COnchylicoles sur le Fonctionnement des Ecosystèmes Littoraux

Programme fondation de France, 2015-2017

Retrouvez ici la présentation faite par Audrey Rivaud, ART Dev – Université de Montpellier III, à l’occasion du 3e congrès international du Groupement d’intérêt scientifique d’Histoire & Sciences de la mer, soutenu par NAOM.

Les territoires littoraux français sont des espaces emblématiques des questionnements sur les relations entre les sociétés et leur environnement naturel. Zones d’intérêts écologiques, socio-économiques ou encore culturels et patrimoniaux, ils font l’objet de constantes évolutions à différentes échelles spatio-temporelles en lien avec des pressions d’origines multiples. A partir d’une étude de cas (bassin de Marennes-Oléron en Charente-Maritime) interrogeant les effets des changements d’usages conchylicoles sur le fonctionnement des écosystèmes littoraux, ce projet vise à établir une démarche de recherche innovante et transdisciplinaire pour caractériser les interdépendances Homme-Nature en milieu littoral. Les connaissances en écologie et écophysiologie accumulées au cours des trente dernières années sur la zone d’étude retenue ont démontré le rôle majeur de cet écosystème dans la production des ressources trophiques (les microalgues) à la base du développement considérable de l’activité conchylicole. Toutefois, la mise à jour d’une relation entre le fonctionnement d’un compartiment de l’écosystème et le développement de la conchyliculture n’est qu’une étape dans la compréhension des interactions entre l’Homme et son milieu. L’hypothèse à la base de ce projet consiste à envisager l’existence d’effets de rétroaction entre les pratiques conchylicoles mises en œuvre sur le bassin de Marennes-Oléron et la production de microalgues dans le milieu. Nous posons cette hypothèse dans une perspective dynamique, dans le but : i) de prendre en considération les évolutions des pratiques conchylicoles depuis l’avènement de la conchyliculture moderne dans les années 1950, en lien avec les transformations de la filière économique et les spécificités territoriales ; ii) d’interroger les incidences de ces évolutions du point de vue de l’emprise spatiale et des usages de la zone littorale par les conchyliculteurs (techniques d’élevage, chargement des parcs ostréicoles, etc.) ; iii) de mettre en relation ces changements de pratiques avec des évolutions de quantités et de production de microalgues observées par images satellitaires au cours des trente dernières années. Cette approche visant à comprendre l’évolution de l’écosystème littoral à travers l’étude des dynamiques spatio-temporelles de la conchyliculture représente une véritable originalité scientifique. Afin d’articuler les différentes dimensions du système étudié, elle s’appuie sur les apports de plusieurs disciplines : économie, géographie, histoire, écologie, écophysiologie. Elle s’appuie également sur différents acteurs, autres que les chercheurs, tels que les gestionnaires locaux et les professionnels de la conchyliculture. Ces derniers sont particulièrement impliqués dans le processus. Sur le plan scientifique, ce projet s’entend nourrir les réflexions en cours sur les rapports Homme-Nature en insistant sur les dimensions de coévolution. Sur le plan empirique, les résultats attendus devraient alimenter les dispositifs de gouvernance du territoire, en particulier les dispositifs dédiés à la conchyliculture en quête de lectures dynamiques des effets exercés par la profession sur les ressources naturelles


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.