Donner pouvoir pour les îles : la procuration transatlantique des familles de Saintonge-Angoumois.

 

 

 

 

 

Les procurations établies en métropole, tant dans les études des ports de Rochefort ou La Rochelle que dans les études des localités de l’arrière-pays maritime comme Saint-Savinien, Cognac, Jarnac ou Angoulême, illustrent la diversité des interactions juridiques qui lient les familles, les négociants, les marchands, les artisans ou tout autre particulier soucieux de préserver ses intérêts ou d’attester d’un état de fait, surtout dans le contexte d’une distance atlantique qui sépare pour quelques mois, plusieurs années ou définitivement le passager migrant de sa région d’origine et de ses attaches.

À ce titre, les procurations mettent en exergue ce qui est en jeu dans l’équilibre pluriel et complexe induit par l’éloignement et l’étirement des relations de familles ou d’affaires : entre présence et absence, attente et espérance,  les procurations sont établies pour des motifs fort variés : consentement à un mariage outre-mer, définition de l’étendue d’une succession, acquittement de dettes ou d’arrérages, gestion d’une habitation ou de tout autre bien, révocation de procuration, ordre de vendre ou d’acheter des biens ou des marchandises.

L’étude de l’atlantisation des familles au XVIIIsiècle donne alors à la procuration un intérêt essentiel : elle œuvre à la reconstitution d’une trajectoire individuelle, à la perception du groupe familial, de sa projection ultra-marine, et de son réseau relationnel. À fortiori dans le cas des familles et négociants d’arrière-pays, la procuration constitue le cadre d’analyse d’une relation indirecte, médiatisée, à l’océan et aux outre-mers. Les procurations relatives à la recherche et à la liquidation de successions ultra-marines sont à ce titre intéressantes.

Le 7 juin 1784, devant le notaire Imbaud, à Cognac, Pierre Ambroise Robin, procureur au siège royal de la ville, accompagné de son épouse, Marie Marguerite Charrier, dûment autorisée, habitants de la paroisse Saint-Léger, ancienne rue dite des Trois Marchands, constituent pour leur procureur général et spécial Jacques Charrier, marchand droguiste de la ville de Saintes, pour « rechercher la succession de sieur François Charrier, frère de l’épouse et beau-frère du constituant ». François Charrier, natif de Saintes, est en effet décédé sur l’habitation du sieur Maugé, aux Verrettes, île et côte de Saint-Domingue, dans la région de Saint-Marc, le 30 août 1776, comme en atteste le registre « paroissial » dominguois. Baptisé à Saint-Palais de Saintes le 20 mars 1750, il était alors âgé d’environ 26 ans. Fils de Pierre Charrier, praticien, et de Jeanne Forestier, il s’était embarqué à La Rochelle sur le navire La Reine Esther pour Saint-Domingue en 1773. Le rôle d’armement du navire commandé par Elie Chevroux renseignait sa profession : marchand ; et indiquait que ses parents n’étaient plus. Le contenu de la procuration de 1784 rappelle que deux procurations avaient été établies en 1777 et 1778 en faveur des sieurs Viaud et Allaire avec le même objectif : rechercher l’étendue de la succession Charrier. Par celle de 1784, Ambroise Robin révoque les procureurs et nomme son beau-frère, Jacques. Hélas, aucune trace de Jacques n’est perceptible dans les départs bordelais, rochelais, nantais dès 1784.

Les procurations, si elles restituent la pesanteur d’une chronologie longue dans laquelle se place la résolution des affaires de succession (8 ans depuis 1776), manifestent surtout l’étendue des champs relationnels familiaux tant en métropole que dans les colonies pour les familles liant les mondes de la justice et de la marchandise. La procuration de 1784 apparaît comme une requête familiale renouvelée : à la première tentative, qu’il est difficile d’apprécier au regard des lacunes importantes des archives des greffes de Saint-Domingue, succède une seconde, qui privilégie la relation familiale (le beau-frère) aux négociants installés sur place (les sieurs Viaud et Allaire). Choix volontaire ou contraint, en tout état de cause, Jacques Charrier ne part pour Saint-Domingue qu’en ultime recours attendu l’impasse dans laquelle se trouvent Robin et son épouse. En trois ans, François Charrier, marchand s’aventurant aux îles, trouvant une place sur la plantation Maugé, a-t-il eu le temps de se constituer un patrimoine dans la Saint-Domingue de l’après-guerre ? Le silence des premiers procureurs est-il lié à la faiblesse voire à l’absence de patrimoine ? Ces questions restent sans réponse, les destinées des successions dominguoises ayant pour la plupart connu un naufrage documentaire.

Les « procurations transatlantiques », actes notariés de procédures, nomades, légitimant une action médiatisée pour l’outre-atlantique, donnent ainsi matière à réfléchir sur la spécificité de la relation aux outre-mer des familles vivant dans les arrière-pays de Saintonge-Angoumois tout en esquissant également la recherche ou non d’un ancrage en situation coloniale.

 

J.-C. Temdaoui

Université de Poitiers, CRIHAM.

 

 


  • Sources:
    AD Charente, 2E 14267, Etude Imbaud, Cognac, 19 mai 1787, procuration d’Ambroise Robin à Jacques Charrier.
    SHD Rochefort, 6P6 5, Armement n°30, La Reine Esther, 1776.
    ANOM, 1DPPC 2535, BMS Les Verrettes, Décès de François Charrier, 30 août 1776, f°371-v.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.