De quoi l’esclavage est-il le nom ?

Retrouvez les vidéos de l’université d’été qui s’est tenue du 25 au 28 juin au château de Nantes.

Le mot « esclavage » montre aujourd’hui ses limites pour définir une réalité que l’on tend à définir comme universelle. La violence de la grande traite atlantique est un acte fondateur de l’esclavage dit moderne ; elle ne suffit pourtant pas à expliquer ce que fut et ce qu’est un esclave. Les recherches conduites depuis les années 1970 sur la traite et sur l’esclavage atlantiques ont entériné la figure de l’esclave marchandise, d’un esclave réduit au statut de victime passive d’un système esclavagiste capitaliste. La colonisation et le capitalisme atlantique ont constitué un temps particulier dans la construction de la figure du nègre, comme figure de l’homme aliéné et déshumanisé. Pourtant les expériences multiples des esclaves, les relations économiques et sociales complexes qui ont pu se nouer entre un maître et un esclave, la capacité de l’esclave à convoquer le droit pour assurer sa défense dans les régimes esclavagistes ou dans les sociétés à esclaves, à s’affranchir, à s’assurer une autonomie culturelle et économique montrent que l’esclavage ne peut être réduit à un modèle théorique. Il peut être expliqué par les modes de fonctionnement et de penser des sociétés passées ; des formes d’esclavage ont pu aussi être recréées dans le cadre de nouveaux systèmes économiques et sociaux, d’autres ont pu être oubliées ou ignorées. En Afrique, aux Amériques, en Europe comme au Maghreb ou au Proche-Orient, nombre d’esclaves ont été intégrés dans les sociétés tout en demeurant porteurs d’une condition d’incertitude : on pouvait à tout moment les ramener à leurs statuts, à leurs conditions, à leurs origines, à leur race. Cette condition d’incertitude était inscrite dans le fonctionnement des sociétés et des rapports humains, dans les représentations que l’on pouvait localement se faire de l’esclavage et de la liberté. Esclavage et liberté : ces deux notions n’ont eu cesse à travers le temps de se construire l’une avec l’autre, l’une contre l’autre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.