La lettre, le livret, l’état de service et le brevet : lire les opportunités maritimes dans les archives du personnel de la Marine

Extrait du journal des services de Faures, natif de Saintes (0) (AN, Mar, C7, 104, dossier n°4)
Extrait du journal des services de Faures, natif de Saintes (0) (AN, Mar, C7, 104, dossier n°4)

Si les documents notariés laissent entrevoir des itinéraires atlantiques (cf.  billets n°1 et n°2), les dossiers de personnels, principalement de pension, constitués, traités et archivés par l’administration de la Marine et les Archives Nationales offrent l’opportunité de saisir des trajectoires de vie plus étoffées que ne les grattent les plumes rigoureuses et crispées des notaires de Saintonge-Angoumois sur leurs actes.

Classés dans la sous-série C7 de la série Marine des Archives Nationales, en partie numérisés, ces dossiers donnent à voir une gamme variée d’individus ayant côtoyé les océans et les outre-mer, des membres de l’administration de la Marine – les commissaires aux classes par exemple – aux gens de mer dans leur diversité professionnelle, y compris les volontaires de la Marine. On peut également retrouver la trace d’un négociant, d’un capitaine de navire marchand, d’un canonnier, d’un cuisinier de navire ou d’un déserteur…

L’intérêt de ces dossiers est d’autant plus grand s’ils concernent des gens des arrière-pays maritimes comme celui de Saintonge-Angoumois, dépendant du département de la rivière de Charente. En effet, face aux lacunes des sources traditionnelles mobilisées pour faire une histoire des gens de mer et du rapport à la mer, ces dossiers sont d’un grand secours car ils comblent les vides laissés par des sources naufragées. On peut ainsi reconstituer le personnel des bureaux des classes de Saintes et Angoulême, leur carrière, retrouver ponctuellement le parcours professionnel d’un matelot rencontré dans un recensement ou une matricule, mais aussi envisager l’itinéraire de volontaires de la marine natifs des terres fluviales d’arrière-pays. Loin d’être uniforme et abondante, la documentation de ces dossiers présente des constantes et des inégalités à même de réfléchir aux raisons de l’opportunité maritime au XVIIIe siècle.

Destinés le plus souvent à obtenir une pension pour service effectué dans la Marine, ces dossiers rassemblent le plus souvent des états de service, établis librement ou en renseignant un formulaire imprimé, un courrier justifiant la demande de pension et un brevet d’attribution de la pension sur les fonds de la Marine. Si l’éventail des pièces administratives se complète de lettres de recommandation, il peut également inclure un certificat de décès à transmettre à la famille ou un inventaire des hardes et effets d’un marin mort en mer, un petit livret de carrière ou des extraits de matricules.

François Eutrope Jean-Baptiste  Faurès a saisi une opportunité maritime qui l’a conduit à traverser l’Atlantique et à découvrir le Pacifique. Il est présenté au bureau des classes de Saintes en 1786, à l’âge de 20 ans, après un premier service au commerce effectué à 16 ans, pour s’inscrire sur la matricule des volontaires et s’engager dans la Marine de Louis XVI comme pilotin à 20 livres devant le commissaire Diérès Montplaisir. Il porte le numéro 14. Né en 1766, fils de Jean Faurès, bourgeois, négociant de la paroisse Sainte-Maure de Saintes, il n’est en effet pas inscrit sur la matricule des gens de mer du quartier de Saintes,ne faisant pas profession de navigation ou de pêche sur la Charente comme une partie de la population urbaine de capitale de la Saintonge. Fin 1786, il a déjà réalisé 3 embarquements. Sa première expérience en mer se fait à bord du navire marchand ou corsaire le Maurice commandé par le capitaine Boussard dès le 1er mai 1782, durant la guerre d’Indépendance américaine. Il  embarque pour Saint-Domingue pour une route en droiture, celle d’un ravitaillement en vivres ou d’un approvisionnement en munitions peut-être… 5mois 9 jours de navigation ! Après un retour d’une année dans ses terres saintongeaises, il embarque à deux reprises, le 30 mai 1784 puis le 3 mai 1785, sur le Portefaix et totalise à son bord 8 mois 7 jours de campagne sous le commandement du lieutenant de vaisseau Duquesne. À partir de juillet 1785, il est à bord de la Boussole puis passe au cours de l’année 1786 sur l’Astrolabe, sous le commandement de La Pérouse, pour l’océan Pacifique. En moins de 6 ans, l’espace-monde parcouru par ce jeune Saintongeais l’a confronté aux réalités océaniques du commerce, de la guerre et des colonies en Atlantique, à celles d’une longue circumnavigation d’exploration sur tous les océans du globe. Si son journal des services est muet sur le temps de navigation à bord des deux derniers navires, le livret indique que ce volontaire a été admis à la première classe le 18 août 1787.

Le dossier conservé à son nom comprend un extrait de baptême du 20 mars 1766, un état des services établi à Rochefort le 28 novembre 1786, un certificat du professeur d’hydrographie Chaviteau de Marennes du 9 juin 1787, un livret à la couverture bleue portant journal des services et avancements des volontaires sur les vaisseaux du Roi, et un imprimé rappelant des instructions du marquis de Castries du 1ermai 1787. Pour l’année 1786, l’état de service précité est annoté de la mention marginale suivante : « ce jeune homme est actuellement sur l’Astrolabe commandé par M. La Peyrouse, capitaine de vaisseau ». Ce petit dossier de 8 pièces met en évidence le degré d’extraversion géographique qu’ont pu avoir les habitants du voisinage saintongeais de l’océan. Il illustre la connexion entre un niveau local et un niveau global de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois que d’autres dossiers de personnels, tout aussi voire plus sporadiques, confirment comme celui de Clément Laine, canonnier de Jarnac.

Si anecdotiques que puissent paraître ces pièces d’un anonyme d’arrière-pays au milieu de dossiers de personnel de renom plus classiques, ceux des grands officiers de la marine, ces archives n’en demeurent pas moins essentielles dans l’approche de l’expérimentation de l’océan et l’intégration des localités d’arrière-pays et de leurs populations à l’horizon professionnel que constitue la mer dans  un monde océanique pluriel et vecteurs d’opportunités, perçues et saisies, selon une causalité biographique obscure, par des individualités qui ont livré à leur insu quelques indices à l’historien qui interprète alors l’héritage de papier aléatoire légué par l’administration de la Marine.

Jean-Christophe Temdaoui

Université de Poitiers, CRIHAM

Source :

AN, Marine, C7 104, Dossier n°4, François Eutrope Jean-Baptiste Faurès, volontaire de la Marine (1786-1789).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.