Premier retour de Saint-Domingue, 12 septembre 1768

Tout juste débarqué en France, après son premier voyage à Saint-Domingue, Séris s’empresse d’annoncer son arrivée à sa femme. Depuis Chef-de-Baye, à proximité de La Rochelle, il prend des nouvelles de sa famille qu’il n’a pas vue depuis son départ pour Saint-Marc en début d’année. Il donne des nouvelles sur sa santé et sur sa condition physique, qu’il estime plutôt bonne. Il s’impatiente d’avoir des nouvelles de son entourage amical et familial et surtout de sa chère épouse et de sa petite fille « Séris » à qui il ramène des cadeaux (une perruche et des bonbons). La lettre se conclut par des consignes à sa femme pour venir le chercher à Bordeaux. Document présenté par Joris Bordes et Vincent Cousseau.

” Mon adorable épouse,

Il y a bien long-tems que je ne t’ai point parlé, c’est qu’il n’y avait point d’occasion pour te faire parvenir mes lettres dans les endroits que nous avons parcourus depuis le 21e Juillet que nous partîmes de Léogane jusqu’à aujourd’hui que nous mouillé sous l’île de Bay. Tu ne saurais t’imaginer, mon aimable épouse, le plaisir avec lequel je saisis cette occasion pour m’entretenir avec toi. Mais que te dirais-je, la joye que je ressens de me voir aussi près de toi au moins m’ôte le pouvoir de te rien dire. Tout ce que je puis, c’est que je te r’emmène un mari qui, quoique assez sec et assez conditionnés pour mettre dans un connaissement, n’est pas pour cela moins digne de la plus aimable de toutes les femmes par son singulier amour et les tendres sentiments pour son aimée. Juge de ma satisfaction lorsqu’étant à peine mouillés [à Chef-de-Baye], j’ai vu venir Croizet à bord qui m’a dit t’avoir vüe avec notre chère enfant en bonne santé, mercredi dernier qu’il parlé de Royan et que notre chère tendre et bonne mère se portait aussi bien. Je ne sais si tu as reçu ma dernière [lettre] que je t’écrivis de Léogane par le moyen de Saint-Malo. Je me sens toujours bien. Je doute que celle cy te parvienne avant notre entrée en rivière. Embrasse pour moi cette tendre mère que je chéris autant que je t’adore. Ne manque pas au moins de faire ma commission car je lui demanderai, fais aussi mille amitiés à Madame Garnier, à la mère Soubrette aimée, à l’amie Guillon que je désire de bon cœur trouver en bonne santé. Et la Séris aimée ? Combien de baisers : tant que tu pourras. Dis-lui seulement que son tendre papa, lui apporte du bonbon et que si elle est sage je lui donnerais une belle petite perruche qui ne mord pas et qui dit « Vive le roi » etc. Dis mille choses pour moi à tous nos amis.

Comment [on] se porte chez Monsieur de St-Legier ? Je souhaite que ce soit bien. Dis-leur de vouloir bien agréer mes très humbles respects. Adieu mon adorable épouse. Songe à te préparer à venir Bordeaux pour me ramener à Royan. Emmène avec toi ma fille si tu le peux. Mon impatience de vous voir est inexprimable. Je descendray bien à Royan s’il est possible. Adieu ma précieuse, mon aimable femme. Sois persuadée que je t’aime moins que je ne t’adore, et demeure ton serviteur, ton meilleur ami et ton tendre mari.  Séris”