La plume, la case et l’apostille. La matricule des gens de mer du département de la rivière de Charente et l’apprentissage de la mer des bateliers de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois. (1727-1738).

La généralité de La Rochelle, par Jean-Baptiste Nolin, XVIIe siècle. Source : Gallica [BNF, CP, GE DD-2987 (743 B)]. URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530527433.r

Les matricules des gens de mer ont formé le socle d’une histoire des sociétés littorales atlantiques et méditerranéennes[1]. Pourquoi ne pas étendre ces approches aux sociétés d’arrière-pays avec des matricules conservées pour des départements maritimes d’arrière-pays comme celui d’Ingrandes sur la Loire ou de la rivière de Charente au XVIIIe siècle ?

A Fouras en 1727, Jean Guilloteau est un des 74 matelots et officiers mariniers immatriculés dans le registre tenu par le commissaire de la Marine Hostein au folio 271, case n°45. À elle seule, la famille Guilloteau compte 7 matelots. Les renseignements concernant Jean que le commissaire pouvait trouver folio 142, ligne n°45 de la précédente matricule, ont été actualisées lors du renouvellement des registres du quartier. Âgé de 25 ans en 1727, célibataire, fils de Nazaire Guilloteau et de Jeanne Léger, né à la veille de la guerre de Succession d’Espagne, le jeune homme a servi sur la frégate du roi la Victoire en 1725 comme matelot à 11 livres. En 1727, Hostein, ou son commis note qu’il est « courtineur et pescheur d’huîtres ». En juin 1728, n’étant pourtant pas de la classe de service, il fait une campagne sur un vaisseau du Roi. De retour, il se présente à la revue de 1729. En 1730, n’étant toujours pas de la classe de service, il prend place à bord du Profond fin janvier pour la Martinique et Saint-Domingue. En octobre, le voilà de retour et promu matelot à 15 livres. En novembre 1732, sa classe, la troisième, étant de service, il est levé pour embarquer sur la Charente, expédiée pour Cayenne et la Martinique. Hostein consigne son retour en mai 1733. L’absence d’apostilles pour les années 1734 et 1735 indique certainement un retour à son activité de courtineur et pêcheur d’huitres. En 1736, année de la première classe de service, il s’embarque de nouveau sur la Charente comme matelot à 15 livres pour une campagne de 9 mois de nouveau pour Cayenne et la Martinique[2]. En 10 ans, Jean Guilloteau a réalisé 4 campagnes au roi comme matelot. Continuer la lecture

La Rochelle, l’Aunis et la Saintonge face à l’esclavage

Ouvrage sous la direction de Mickaël Augeron et Olivier Caudron

La Rochelle est au XVIIIe siècle le second port négrier de France. Les armateurs de la cité aunisienne ont transporté, depuis les rivages africains vers les plantations des Amériques, 160 000 Africains depuis les années 164o jusqu’au début du XIXe siècle, dont 130 000 pour le seul XVIIIe siècle. Derrière le grand port, toute une région vit également de la Traite des Noirs, de Rochefort aux rives de la Seudre.

Continuer la lecture

La lettre, le livret, l’état de service et le brevet : lire les opportunités maritimes dans les archives du personnel de la Marine

Extrait du journal des services de Faures, natif de Saintes (0) (AN, Mar, C7, 104, dossier n°4)
Extrait du journal des services de Faures, natif de Saintes (0) (AN, Mar, C7, 104, dossier n°4)

Si les documents notariés laissent entrevoir des itinéraires atlantiques (cf.  billets n°1 et n°2), les dossiers de personnels, principalement de pension, constitués, traités et archivés par l’administration de la Marine et les Archives Nationales offrent l’opportunité de saisir des trajectoires de vie plus étoffées que ne les grattent les plumes rigoureuses et crispées des notaires de Saintonge-Angoumois sur leurs actes.

Continuer la lecture

Les capitaines de La Rochelle, hommes des lumières ?

Retrouvez ici la conférence de Jacques Péret prononcée à l’occasion de la journée d’études “Être capitaine de navire en Europe occidentale de la fin du Moyen Âge au XXe siècle : savoir-faire et savoir-être d’une profession maritime”, Nantes, 11 et 12 octobre 2017.

Donner pouvoir pour les îles : la procuration transatlantique des familles de Saintonge-Angoumois.

 

 

 

 

 

Les procurations établies en métropole, tant dans les études des ports de Rochefort ou La Rochelle que dans les études des localités de l’arrière-pays maritime comme Saint-Savinien, Cognac, Jarnac ou Angoulême, illustrent la diversité des interactions juridiques qui lient les familles, les négociants, les marchands, les artisans ou tout autre particulier soucieux de préserver ses intérêts ou d’attester d’un état de fait, surtout dans le contexte d’une distance atlantique qui sépare pour quelques mois, plusieurs années ou définitivement le passager migrant de sa région d’origine et de ses attaches.

Continuer la lecture

La plume du notaire, les traces d’une fratrie atlantique

La richesse des actes notariés n’est plus à démontrer mais on peut souligner leur intérêt dans la recherche des traces d’une relation à la mer, aux océans et aux outre-mer, des sociétés d’arrière-pays, comme celles de la Saintonge intérieure, de l’Angoumois ou du Limousin, pour reconstituer une population qui ne se laisse qu’entrevoir par des fragments d’archives portuaires ou coloniales.

Continuer la lecture